Magazine Livres

[Feuilleton] "Vrac conversations" de Claude Favre, 7/15

Par Florence Trocmé

& sans escorte la mémoire n'est qu'une bibliothèque 
 
 
_3 espèces de nèfles combien d'espèces de noix espèces d'oies Pline s'agace aux faits qu'il rapporte de ses amazonies en désordre désaiguillé comme dérive de dictionnaire on lit d'une page l'autre vient de là c'est que tout de même il y va des rêves par remontrances à Aristote c'est très amusant 
 
 
_Scève seul non pareil no man's langue tangue dirait Ghérasim l'énigme comme disait Jankélévitch ne se oh non pas de l'homme ne se résout pas Scève ensauvagé non pas  
 
 
_De toujours renaissant lyrique comme problématique et la lune de Schmidt a toujours plus de croissants que moi ferraillant avec le Général Instin qui perd mémoire et son latin quel que soit le matin de passion guerrière il déclame Homère mais c'est Laforgue de plusieurs manières tandis que Scève comme primesautier déroute sans cesse les questions sans cesse 
 
 
_Je me récite est un verbe réflexif Les Colchiques d'Apollinaire rêvant de les lire traduits par Celan en allemand 
 
 
_Érasme lit le monde souple vivant il a quel âge il est mélancolique en avant calme et droit il a quel âge sa santé si délicate comment à cheval il écrit Érasme tous livres là dans la tête quelle folie à toutes les allures il écrit son assiette est parfaite quel que soit l'obstacle et en novembre 1938 Canetti est à Vienne au moyeu des troubles 
 
 
_Un jour plus personne ne saura allumer un feu dit Yehudi Menuhin sauf les Tsiganes 
 
 
_Pouchkine fou bonhomme qu'à t'écouter qu'à et cœur travée large de cette écriture si et précise et comme toujours la langue c'est tout de même plus qu'un film muet n'ayant aucun rapport avec pour sauver la et la parole des héritages colosses des sarabandes des d'estoc taille Pouchkine le mètre est le joug de la parole 
 
 
_Tant la folie va à Érasme que son humour à fleur de langue est extrêmement grave  
 
 
_Et Orphée un peu barbare un peu thrace n'est que plus ou moins grec on le dit passé par l'Égypte il voit la vie aux Enfers un peu chaman il meut les pierres émeut les arbres tête en l'air Orphée il faut que je m'en aille la vie circule vient des autres danse transe l'homme est un peu bête parce qu'il y a les mots et leurs chants secrets sont des métamorphoses et en Afghanistan de jeunes gens chantent Desnos  
 
 
 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines