Magazine Football

Pour la Hollande, le changement c’est maintenant

Publié le 18 juin 2012 par Foothese

Pour la Hollande, le changement c’est maintenant3 matchs, 3 défaites, éliminée dès le premier tour. Qui aurait pu croire un tel scénario pour cette équipe des Pays-Bas qui s’était brillamment qualifiée pour cet Euro 2012, avec 9 victoires en 10 matchs. Le finaliste de la coupe du monde 2010 n’aura donc pu éviter cette curieuse malédiction qui frappe les équipes vices-championnes du monde.

En effet, c’est la 3ème  fois consécutive que le perdant de la finale du Mondial se fait sortir dès le 1er tour de l’Euro suivant. L’Allemagne en 2004 et la France en 2008 y ont eu droit.

Si les Bataves ne veulent pas être aussi ridicules que les français en 2010, à eux de ne pas commettre les mêmes erreurs. Le changement c’est donc maintenant.

 Un joueur illustre cet Euro pourri pour les Oranjes, Arjen Robben. Pas décisif, pas collectif, pas dans l’esprit (ce fameux changement effectué à l’autre bout du terrain en boudant) mais pourtant toujours titulaire. A l’image de sa finale de Ligue des champions, voire de Coupe du Monde 2010, Robben n’a jamais pesé sur ses adversaires et n’a jamais réussi ses derniers gestes. Cette compétition aura été l’occasion pour lui de passer un peu plus de temps avec son meilleur ami, le ballon.

La défense aussi a besoin d’être changée. En profondeur. Intraitable en 2010, elle aura juste été dégueulasse à souhait. Mathijsen, Heltinga et Vlaar ont été tellement pitoyables qu’ils feraient passer Damien Perquis pour le nouveau Beckenbauer… Van der Wiel aura essayé tant bien que mal d’exister, quant au jeune Willens, ce fut un sacré pari, raté, tenté par Bert Van Marwijk.

Ce dernier a une grande part de responsabilité dans ce fiasco, même si les joueurs resteront les principaux fautifs. Comment se priver d’un Huntelaar, meilleur buteur du dernier championnat allemand et meilleur buteur des qualifications avec 12 buts ? Comment peut-on laisser sur le banc un joueur comme Dirk Kuyt, à l’attitude irréprochable sur un terrain qui ne rechignera jamais à avaler les kilomètres ? Certes il est sacrément moche mais ce n’est pas une raison valable. Enfin, comment préférer un Van Bommel à un Van der Vaart aux côtés de De Jong ?

Le plus dur commence pour cette sélection car ce n’est pas tous les jours que l’on possède une telle génération dans ses rangs.  Si elle veut briller et retrouver son statut d’éternel outsider au Brésil en 2014, le changement c’est maintenant.

 Abédi Poulet


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Foothese 1280 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines