Magazine Pacifique

L’Ogre !

Publié le 21 juin 2012 par Kevai @GMlePRESQUILIEN

L’Ogre !

Dans mon article du 16 juin, « le rideau est tombé », j’annonçais déjà le retour au pouvoir de Gaston Flosse après les prochaines territoriales, comme il dit sur son site, « pour une Polynésie Française et responsable ». Mais nous avons bien compris que cet appel du 18 juin à la réunion d’autonomistes était initié par lui-même, et qu’il avait demandé à Bouissou d’organiser cela à sa place. Bien sûr tous ceux conviés avaient déjà été « approchés », pardon « orangés », bien avant les législatives, vous savez les fameux sous-marins ! Comme cette pléthore de candidats du premier tour, dont nombre d’entre-eux n’étaient présents qu’à seule fin de faire triompher ses candidats aux législatives, ne vous y trompez pas. L’ogre, comme le surnomme Christine Bourne, a dévoré les bleuets de la politique et renvoyé ceux qui l’avaient abandonnés, à leurs pénates solitaires.

Il est vrai que jusqu’en 2003, la Polynésie orange se portait bien, l’argent coulait à flots, enfin presque pour tout le monde. Une chose manquait pourtant, la liberté de parole qui a contribué, entre-autres raisons, à la chute des fei en 2004. Et ensuite les coups « d’état » politiques de Flosse, ont été le plus souvent guidé par sa colère envers la population que par la raison. Aujourd’hui, s’il apparaît comme l’homme de la Polynésie, ce grand stratège unique du Tahoera’a, n’oublions pas que seulement 29% de la population inscrite a voté orange, ce qui ne représente en aucun cas un triomphe pour ce parti quand 61% ont voté bleu ou blanc, ou se sont abstenus.

Dans 4 jours, le 24 juin prochain, il atteindra l’âge avancé de 81 ans ! Se lancer dans un mandature de cinq années comme président du pays est bien présomptueux, et malgré tous les bienfaits de la médecine moderne dont peuvent bénéficier ceux qui en ont les moyens, cela est risqué. Le Tahoera’a sans Gaston, sera incapable de maintenir sa main-mise sur la politique locale, car les trois candidats députés ne sont que des pâles copies du maître qui ne prendra jamais, sa retraite.

Mais la Polynésie Française a-t-elle véritablement besoin de lui ?

J’en doute. Mais pour le contrer, il faut que les syndicats, torpilles des gouvernements et de l’économie au soi-disant nom du peuple, soit nettoyés de l’intérieur, avant que la troisième voie et la population ne tombent d’accord sur un projet de société remettant le Polynésien au cœur de l’économie, de la démocratie, mais là aussi, j’ai beaucoup de doutes au vu des résultats derniers. Sans oublier tous les problèmes à venir à cause de l’instabilité financière des gouvernements européens qui bouleversera le monde entier.

-5.025556 -96.102905

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Kevai 948 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines