Magazine

Shrek 2 – Andrew Adamson - 8,5/10

Publié le 26 février 2008 par Kaa1

Pitch :
Devenus de jeunes mariés, Shrek et Fiona rentrent de leur heureuse lune de miel. Ils sont invités par les parents de Fiona à venir dîner dans leur royaume, à Far Far Away. Mais ils ne se doutent pas que leur fille est devenue une ravissante ogresse... Ce mariage met par ailleurs en péril l'avenir et les projets les plus secrets du Roi...

Après le triomphe critique et populaire de Shrek, premier film couronné à l'Oscar du meilleur long métrage d'animation, ses producteurs ont décidé de donner une suite aux aventures de l'ogre vert. La bonne surprise, c’est que le film fait encore plus fort que son prédécesseur, nous proposant ni plus, ni moins, qu’une heure trente de pur plaisir.
Même si Shrek 2 s'appuie sur de nouveaux contes et personnages, les producteurs et réalisateurs ne pouvaient pas pour autant se priver du trio central de Shrek avec Shrek bien sur (toujours aussi vert et dégoutant) l’incontournable âne (toujours aussi inutilement bavard) et le nouveau (et drolissime) personnage du chat « Potté ». C’est réellement la bonne trouvaille du film, qui introduit avec habileté de nouveaux personnages, sans dénaturer les premiers. On notera d’ailleurs qu’à ce titre, la dernière demi-heure est un vrai régal où l’ensemble des amis de Shrek prend part à sa cause (mention spéciale à Petit-biscuit – mon préféré).
Avec un scénario à rebondissements et des dialogues toujours aussi inventifs, on passe de la romance (la lune de miel de Shrek et Fiona) à la comédie d’action puis à la comédie musicale (avec un épatant numéro du Chat Potté et de la Fée), à un rythme endiablé, au gré de poursuites et de métamorphoses irrésistibles. Ainsi, Shrek 2 ne fait pas dans la surenchère mais sait placer avec parcimonie les clins d’œil appuyés aux plus grandes productions hollywoodiennes (Un peu à la manière d’un Toy Story 2).
Les marques et les clips ne sont pas en reste non plus (L’Oréal avec le prince, le clip I'm Glad de Jennifer Lopez avec le Chat Potté) et toutes les parodies s’enchainent pour notre plus grand bohneur. Evidemment (et on ne va pas leur faire ce procès), le film laisse la part belle aux valeurs d’amour et d’amitié. Dépasser les jugements premier qu’on se fait sur les autres et prendre le temps d’apprécier des personnalités différentes, voilà de belles idées auxquels Shrek 2 (comme dans tous les épisodes) ne déroge pas. Le véritable esprit des contes d’antan prend alors tout son sens.
Melting-pot d’influences cinématographiques et de gags excellents, Shrek 2 rempli haut la main sa mission de film d’animation graphiquement superbe (le rendu des textures est impressionnant) et de série comique idéale pour les petits et les grands (surtout les grands d’ailleurs).
On se dit que décidément, 1h30 ça passe drôlement vite. C’est le cas de le dire.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Kaa1 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte