Magazine Conso

Blanche Neige ³

Par Gabee @Grabirelle

 

Blanche-Neige.jpg

Hello mes petits bouchons !

Je vous ai manqué ? Moi aussi, j'ai fait un gros dodo! Je suis désolée de m'être absentée aussi longtemps. Toujours les mêmes raisons. Mais, demain, le dernier examen  sera bouclé, et nous retrouverons un rythme de publication normal par ici.

Aujourd'hui, pas de maquillage ni de nail art, pas d'analyse de pub non plus. Vous connaissez ma passion pour l'histoire de Blanche Neige et j'ai été plutôt gâtée (ou pas, d'ailleurs), ces dernières semaines, avec la sortie de deux remake du dessin animé de Disney. A la base, et n'ayant pas été emballée par la deuxième version, avec Lily Collins, je voulais seulement vous faire un critique du dernier. Cependant, je me suis vite rendu compte que je pouvais pas vous donner mon humble avis sans spoiler les trois quarts du film (et ça, c'est mal, très mal). Donc, je me suis ravisée. Je vous propose, à la place, un petite review, en chassé croisé, et comparatif des trois films...

blanche-copie.jpg

On commence donc par ces dames !

La première Blanche Neige m'a tout de suite enchantée. Depuis petite, je suis fascinée par cette princesse à la peau claire, aux lèvres rouges et aux cheveux courts et noirs. Niveau identité et caractère du personnage, c'est clair, on pouvait faire mieux (elle savait faire des gâteaux et parler aux animaux de la forêt, what else?). Mais elle était tellement "graphique". Le dessin animé avait ce "je ne sais quoi" de glauque et d'inquiétant que j'adorais.

Le deuxième Blanche Neige, avec Lily Collins, m'a laissé pantoise. Certes, Lily Collins est très bien. Elle ressemble à Blanche Neige, est maquillée en conséquence, transpire la naïveté... MAIS JUSTEMENT. Trop de naïveté tue la naïveté. Sans parler du fait que j'avais envie d'envoyer la jolie Lily au Brow Bar Benefit, je n'ai pas du tout accroché avec l'ambiance générale du film (je me suis quand même demandé si le réalisateur était sous acides lorsqu'il nous a pondu ça). Des blagues foireuses et Lily Collins pas crédible une seconde dans son rôle de vierge effarouchée, pour votre plus grand déplaisir. Tout se passe bien pour elle, et nous, on s'emmerde.

Passons maintenant au cas de Kristen Stwart. Okay, le film se veut bien plus glauque que le précédent. Mais est-ce que c'est une raison pour nous coller cette actrice qui ne réunit à son compteur que deux expressions du visage ? Non... sérieusement... Et en plus de ça, elle n'a même pas les lèvres rouges (file chez Sephora, vilaine) ! Pourtant, le petit côté "prise de pouvoir" de la princesse n'était pas pour me déplaire. On n'était plus devant une princesse passive et c'était plutôt sympa. Mais voilà, même si personne n'est parfait, une Blanche Neige avec le nez en trompette et les oreilles décollées, ça ne m'a pas vraiment fait rêver.

reines.jpg

Passons aux vilaines et terrifiantes (...Hm!) reines.

La première, celle du dessin animé, faisait clairement froid dans le dos. Que ce soit la version belle gosse ou sorcière fripée, ça marchait à tout les coups: je flippais. Pas vraiment d'histoire derrière cette "méchante". Elle veut rester la plus belle, elle est super cruelle et elle tue plein de gens en les laissant pourrir dans des cachots (glauque à souhait!). Même combat que pour Blanche Neige, graphiquement, elle est parfaite, froide, impressionnante, en un mot: méchante.

La reine campée par Julia Roberts ne m'a, à aucun moment, fait froid dans le dos. Elle est amusante et complètement déjantée. On en vient à ressentir de la pitié pour elle. En effet, son coté hystérique vient de sa recherche ultime de la beauté parfaite (original, on ne nous l'avait pas encore faite, celle là). Un petit coté franchement ridicule qui donne une toute autre dimension à ce personnage: intéressant.

Et là, c'est le drame. Et il porte le nom de Charlize Theron. Cette sublime créature campe le rôle de la méchante reine dans le dernier Blanche Neige. D'une part, elle est d'une crédibilité sans faille grace à sa beauté froide. J'ai adoré toutes les scènes qui se passaient autour d'elle. Le personnage a été très creusé et ma curiosité a été satisfaite (Mais pourquoi est-elle si méchaaante?). Son personnage est mis en valeur par le réalisateur via de très beaux tableaux, tout au long du film. Cependant, je dois vous avouer que, lorsqu'elle demande à son beau miroir "qui est la plus belle?" et que ce dernier lui balance la bouille de Kristen Stewart, je suis restée sceptique. (Faudrait tout de même songer à ne pas pousser mémé dans les orties!)

princes.jpg

Pour ce qui est des Princes et pour terminer sur une note masculine et alléchante (...euh), voici la marchandise !

Le premier, on ne va pas s'étaler dessus. Il n'est pas beau, il ne sert à rien (c'est même pas lui qui tue la sorcière, c'est les nains) et il met trois plombes à comprendre qu'il faut embrasser l'autre pimbêche. Bref, un mou du bulbe sans aucun intérêt qui a du faire rêver une demie gamine sur cent: poubelle.

Le deuxième, un peu à l'image du personnage de Julia Roberts, est pathétique, manipulable, un peu trop souvent torse nu et arbore une mise en plie douteuse. Il est déjà un peu plus présent que le premier, il se bat. Mais on sent qu'il va vivre au crochet de Blanche Neige après le mariage et ça, ça ne nous fait pas du tout rêver.

Le dernier, campé par Chris Hemsworth (Grrr!), a laissé ses collants au vestiaire pour de la boue et sa mise en plie pour des cheveux longs et sales. Bon, techniquement, il n'est pas le prince, mais plutôt le bourreau supposé de Blanche Neige. Sauf que le réalisation a tout mélangé. Il a une histoire, il a souffert (oh, il veut un câlin?) et il nous arrache quelques larmes lorsqu'il embrasse la belle endormie après un discours poignant (on se trompe pas de film là?). Il est beau, il est fort, il est drôle, il s'exprime de manière sensée. On l'aime déjà. Mais, allez savoir pourquoi, il ne passe pas à la casserole (Flûte pour Kristen).

Et, le pire, avec tout ça, c'est que je suis incapable de vous dire lequel j'ai préféré. Étant donné mon faible pour les personnages méchants, je serais tentée de dire que j'ai préféré le troisième. Mais je m'y refuse, accordant trop d'importance à l'original et à son coté rétro, inimitable.

Et vous, mes p'tits bouchons, lequel a votre préférence ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gabee 1686 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines