Magazine High tech

Preview Spec Ops : The Line (PC)

Publié le 25 juin 2012 par Meidievil @gamerslive
Preview Spec Ops : The Line (PC)

Sans vraiment m’attendre à grand chose, j’ai décidé de tester l’expérience Spec Ops : The Line vu que ce dernier est actuellement disponible  gratuitement sur Steam dans sa version démo. Jouer à un TPS sur PC pour moi revient à jouer à un FPS sur console. Totalement ridicule. Enfin bref, au moins ça donne de quoi faire une petite preview.

Preview Spec Ops : The Line (PC)
Concocté par le petit frenchie François Coulon (concepteur et producteur du premier Splinter Cell) pour le studio Allemand Yager, Spec Ops met en scène un commando de trois soldats largués à Dubaï afin de rétablir le contact avec un bataillon de Marines portés disparus. C’est au travers de trois phases différentes que s’étale cette démo, sur les 15 chapitres censés constituer le mode solo. Il est aussi mentionné d’entré de jeu que l’ordre des missions ne sera pas celle de la version finale.

À peine une nouvelle partie lancée que le titre ouvre les hostilités dans une phase de rail-shooting à bord d’un hélicoptère. On notera d’ailleurs la présence de doublages en VF pour cette démo, doublages d’ailleurs quelque peu inégaux. Sans être mauvais, certains passages sont parfois un peu sur-joués ce qui se révèle un peu agaçant. Très simple, cette première partie vous propose de descendre des hélicos ennemis en slalomant entre les immenses buildings constituant la ville de Dubaï. Il est quasi impossible de se faire tuer, mis à part peut-être si vous décidez de ne rien faire de toute la partie. Cette phase marche à coup de scripts pour rendre la chose plus hollywoodienne mais l’intérêt reste limité.

La suite se révèle déjà plus intéressante sans casser des briques non plus. Voilà notre escouade lâchée en plein désert à la recherche du fameux bataillon manquant, les buildings de Dubaï surplombant le paysage au loin. Si l’action met un petit temps à démarrer, c’est au moins l’occasion de faire un petit passage en revue des interactions proposées. Tel un Gear of War ou n’importe quel TPS potable du genre, on retrouve un système de couverture. La démo étant sur PC, il faut presser la barre espace près d’un mur ou d’une caisse pour se mettre à couvert. De ce côté-là ça marche plutôt bien. Il est même possible de tirer à l’aveugle pour dégommer les ennemis un peu trop près sans vous exposer. L’ennui est qu’il faut appuyer une nouvelle fois sur espace pour quitter sa cachette. Parfois ça marche mais il arrive de temps en temps que le personnage quitte sa cachette pour une autre, notamment si vous êtes au coin d’une porte, ce dernier ira se positionner de l’autre côté. Il est également  possible de sprinter en maintenant la touche. Il est aussi possible de franchir des obstacles de petite taille ou encore frapper un adversaire en appuyant sur Shift. Après quelques minutes de déambulation, la « grosse » action débarque enfin.

Preview Spec Ops : The Line (PC)
Prise dans une embuscade, l’escouade devra se frayer un chemin à travers les ruines pour rejoindre l’unité disparue à bord d’un avion de ligne. On retrouve le script (non obligatoire) sur lequel Yager a fait une bonne partie de sa com, c’est-à-dire le passage où l’on tire dans des vitres pour faire s’écrouler une tonne de sable sur les vilains terroristes. Pas extraordinaire mais ça a tout de même son petit effet. Et là on rentre dans le vif du sujet : les gunfights. Grosse déception. Les ennemis n’ont aucune résistance et sont dépourvu d’I.A.. Bêtes à souhait, on les balaye comme on le ferait avec un château de carte. Cependant, ces derniers font assez mal pour ne pas nous faire foncer tête baissé comme des bourrins. Il s’agit de rester un minimum tactique. D’ailleurs niveau tactique on repassera. Entièrement gérées par l’ordinateur, il est impossible de déplacer ses troupes comme bon nous semble ou bien de donner des ordres basiques. Le seul ordre disponible est de demander à vos coéquipiers de se concentrer sur une cible en la ciblant grâce  à la molette de la souris par défault. Autant dire que le contenu est bien maigre pour ne pas dire inexistant de ce côté-là.

La troisième et dernière partie se révèle un peu plus intéressante et moins mou du genou. Se situant bien loin dans le scénario, notre petite équipe fait maintenant face à ses collègues Marines ayant tourné en traîtres. Prenant des airs d’infiltration dans les buildings de Dubaï au début, le tout va vite finir en action bourrine après seulement quelques secondes. Sans être renversant, les gunfights se montrent un peu plus ardus avec beaucoup plus d’ennemis présent dans une même zone. Tout comme les terroristes auparavant, les Marines sont bêtes comme leurs pieds. Il n’est pas rare de voir l’I.A. défailler et courir dans tout les sens. Cependant, les Marines bénéficient de plusieurs types de soldats. On retrouve le trouffion de base mais aussi des snipers et des sortes de kamikazes d’une agilité et d’une rapidité extrêmes, vous attaquant au corps à corps armés de couteaux.

Preview Spec Ops : The Line (PC)
Pour finir, on peut en toucher un mot sur l’aspect technique pas encore mentionné. Tournant sur l’Unreal Engine, Spec Ops : the Line est très daté. Le titre accumule des textures moyennes, un fort aliasing et des ralentissements. Pour tout dire, cela donnait plus l’impression de jouer à une version Xbox 360 que PC (ce qui laisse un mauvais présage pour les versions consoles). Aucune idée si cela provient de la version démo ou si ce sera le cas dans la version finale du soft, surtout que toutes les options étaient poussées à fond. Le chara design des personnages principaux, quant à lui, reste correct. Mention spécial au personnage d’Adams qui n’est pas sans rappeler l’acteur Michael Jai White. Enfin bon, on ne s’attend pas à des prouesses pour relever la barre puisque le titre sort dans les jours à venir.

Avis Global : Moyen

Malgré un scénario qui semble intéressant, Spec Ops : The Line est entaché par une technique moyenne pour un jeu de 2012 ainsi qu’une action molle et sans réel challenge. Du moins dans ce qui était présenté dans cette démo Steam. Quand on sait que généralement, les démos sont censées envoyer le paquet pour influencer le joueur dans son achat, cela fait légèrement froid dans le dos quand on pense à ce que pourrait être la suite des évènements. Il faudra attendre la sortie officielle du jeu pour se faire un réel avis mais, pour le moment, le constat n’est pas très concluant. Wait & See.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Meidievil 2727 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte