Magazine Santé

Il faut savoir.

Publié le 25 juin 2012 par Kapa Sante

Parce qu’il nous est impossible de nier, parce que chacun de nous se sent concerné, et parce qu’il est de notre devoir de vous en informer, voici les faits rendus publics, qui poussent la Présidence du Groupe Kapa Santé à écarter l’un de ses opérateurs de sa clinique parisienne.

Docteur Hervé Kadji, chirurgien, fondateur et Président du Groupe Kapa Santé, renonce à poursuivre sa relation et le travail qu’il menait avec le Docteur Christophe Oberlin, Chirurgien Orthopédiste de renom, au sein de l’un de ses établissements de soins, la clinique Paris-Montmartre, historiquement Fondation Edmond de Rothschild. En effet, Docteur Oberlin, également enseignant de la Faculté de Médecine  Paris-Diderot, a ameuté  l’opinion publique et l’ensemble de sa confrérie.
Il faut savoir.Dans le cadre d’un diplôme de Médecine Humanitaire dispensé cette année, Monsieur Christophe Oberlin a demandé à ses étudiants de répondre à une question qu’il a lui-même formulée, et qui soulève unanimement des interrogations. Relevant du domaine de la géopolitique et non de la médecine, cet intitulé de concours semble sorti de son contexte; voici, in extenso, la question qui a été posée :

   « Vous êtes à l’Hôpital de Rafah, situé dans la bande de Gaza, lors de la guerre de l’hiver 2008-2009. Des ambulances vous amènent 22 corps portant tous le nom d’Al-Daya. Les ambulanciers et les membres survivants de la famille vous déclarent qu’il s’agissait d’un bombardement classique. La mort de chacun d’entre eux a été constatée.

Quelle est la ou quelles sont les qualifications des crimes perpétrés (crime de guerre, crimes contre l’humanité, crime de génocide)? Argumentez votre position en vous basant sur la définition des différents crimes ».  

Face à cette incompréhension, nous posons les questions suivantes :

La réflexion à laquelle le Docteur Oberlin souhaitait mener ses étudiants s’apparentait-elle à un jugement politico-religieux anti-israélien ?

Etait-ce une provocation envers ses étudiants et l’ensemble d’une communauté ?

Cette question avait-elle sa place dans un programme de médecine humanitaire ?

Le Groupe Kapa Santé demande à l’enseignant et au chirurgien que le Docteur Oberlin représente, de s’expliquer publiquement quant à ses motivations, et d’éclairer chacun sur ses intentions.

Pour accompagner cette action, nous prenons le parti de vous communiquer deux courriers qui ont nous ont été transmis cette semaine, l’un de la part d’un chirurgien confrère lettre (1),  l’autre de la part du Président de l’Association franco-israélienne de cardiologie adressée au Doyen de la Faculté de Médecine Paris-Diderot(2) :

(1)Lettre de Stéphane Romano (Chirurgien Orthopédiste, Clinique de la Main, Paris)

Christophe,

J’avais depuis longtemps abandonné l’idée de comprendre tes prises de positions idéologiques où tu côtoies les pires pensées totalitaires… Tes qualités de chirurgien et d’enseignant et ton dévouement auprès de tes étudiants m’ont trop longtemps aveuglé et je le regrette. 

Aujourd'hui dans un monde où des dizaines de dictateurs ou de régimes violents et scandaleux répriment leur population dans le sang et le déni des droits humains, tu rédiges une question présentant la mort d’une famille palestinienne sans donner d’explication sur les raisons d’un tel drame, sans donner d'informations sur les événements ou les hommes ayant pu être responsables de cela.

Les guerres, tu le sais comme moi, car j’en fait 5 différentes comme chirurgien, (en Afghanistan, au Pakistan en Iran en Irak au Cambodge au Sri Lanka) ont leur lot de drames car les combats ne se font plus sur des champs de bataille comme pour la Marne mais hélas au sein des populations civiles, essentiellement d’ailleurs du fait du choix délibéré de groupes comme le Hamas que tu défends toujours. Présenter cela comme tu le fais et enfermer les étudiants dans une réponse unique , c’est-à-dire "morts = crime israélien" est une honte venant d’un enseignant . 

Je ferai tout pour te combattre et te faire condamner par les différentes institutions devant lesquelles tu vas être attaqué. J’ai honte que notre spécialité puisse avoir en son sein un idéologue aussi proche des pensées d'un autre âge.

Stéphane Romano

(2) Lettre du Président de l’Association franco-israélienne de cardiologie adressée au Doyen de la Faculté de Médecine Paris-Diderot    Paris le 17 Juin 2012,

     Monsieur Vincent BERGE

   Président de l’Université Paris Diderot

   Monsieur Bruno SCHLEMMER

   Doyen de la Faculté de Médecine

   Université Paris – Diderot

Monsieur le Président, Monsieur le Doyen,

Permettez-moi de vous dire à quel point je suis scandalisé d’apprendre que des étudiants en médecine ont eu à répondre à une bien curieuse question, dans le cadre d’un diplôme de Médecine Humanitaire.(1)

Je suis scandalisé comme ancien étudiant formé à la Faculté Xavier Bichat, comme ancien praticien de l’Hôpital, comme correspondant actuel de certains de ses services, comme citoyen aussi et également comme président de l’Association Franco Israélienne de Cardiologie.

Je ne comprends pas qu’on laisse un enseignant que l’on sait engagé, voire obnubilé par la défense d’un combat politique particulier, confondre un cours de médecine et un examen qualifiant, avec un espace de réflexion géopolitique partisane puisque farouchement anti israélienne, comme l’atteste son engagement comme tête de liste Euro- Palestine en 2004 à l’élection au Parlement Européen et, ce faisant, de nature à heurter de nombreux étudiants.

J’aurais pu comprendre, à supposer qu’il faille précisément choisir cette région du monde pour parler de médecine humanitaire, que l’on évoque les espaces de collaboration entre les sociétés civiles israéliennes et palestiniennes et leurs soutiens français, comme passerelles médicales au service de la Paix. En choisissant, par exemple, la collaboration scientifique (Instituts Pasteur et Weizmann) ou médicale (échanges en formation et médecine pédiatrique entre les hôpitaux Schneider et Necker, formation de médecins et techniciens palestiniens au dépistage des cardiopathies congénitales par Azaria Rein et  284 interventions de chirurgie cardio pédiatrique réalisées à l’Hôpital Hadassa de Jérusalem, avec des fonds issus pour moitié de l’hôpital et pour moitié de l’Association « Un cœur pour la Paix » que dirige Muriel Haïm en France, 180 000 palestiniens pris en charge en 2010 par les hôpitaux israéliens…).

J’aurais pu comprendre que soient enseignées les modalités d’une intervention médico chirurgicale humanitaire, en période de conflit, … dans les territoires palestiniens … ou ailleurs. Serait-ce si différent en Lybie, en Syrie, en Irak, en Afrique ou en Yougoslavie ?

Je peux comprendre que le Pr Oberlin, que je ne connais pas, puisse s’interroger et engager un débat citoyen en France, sur les affrontements entre un état de droit, Israël, et des autonomistes qui ont choisi les armes contre des cibles civiles pour défendre leurs vues, comme d’autres autonomistes dans le monde, mais le lieu de cette réflexion ne saurait être un cours de médecine ou un examen. Il est probable que nombre de journaux et sites internet, ouvriraient leurs colonnes à sa plume.

Aussi, je crois indispensable que soit sanctionné cet enseignant, qu’il soit écarté de cet enseignement et que soit annulée cette question dans l’évaluation des étudiants.

Je ne doute pas que vous recevrez de nombreuses lettres indignées, dont j’espère volontiers qu’elles émanent de citoyens non suspects d’une solidarité « communautaire », car le communautarisme n’est ni mon ADN personnel ni celui des membres de notre association, l’AFICARDIO, qui réunit des médecins et scientifiques de toutes origines et de toutes confessions, irritées de cette désinformation et de ces tentatives de dé légitimation d’Israël, qui importent en France, des ferments de haine.

Je me réjouis qu’à titre personnel, vous ayez tous deux, exprimé que vous partagiez cette consternation.

Je me permets de transmettre ce courrier aux Membres de notre Association, auxquels je transmettrai aussi votre réponse et les décisions de votre conseil d’administration. 

   Respectueusement

   Dr Jean Jacques BENSOUSSAN,

pour le Bureau de l’AFICARDIO [Dr Bernard- Clément ABBOU, Pr Jacques BLACHER, Dr Patrice BODENAN, Dr Simon CATTAN (Président du Collège National des cardiologues des hôpitaux), Dr Freddy CHICHE, Pr Alain COHEN – SOLAL, Dr François DIEVART, Dr Marianne FOGIEL-LAMY, Dr Yves EL BEZE, Pr Gérard HELFT, Pr Emmanuel MESSAS, Pr Patrick NATAF, Dr Laurent SEBAGH, Dr Joël SEBBAH, Dr Sidney TAPIERO, Dr Philippe UZAN, Dr Claude VAISLIC (Expert près la Cour d'appel, La Commission Nationale des Accidents Médicaux et la Cour Administrative d'appel)]

Facebook
Viadeo
LinkedIn
Google Gmail
PrintFriendly

 é’éééééééôéé’ééé
é


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Kapa Sante 863 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine