Magazine Afrique

RIO + 20 : un sommet décevant mais un espoir pour l’Afrique

Publié le 25 juin 2012 par Ameliepl

logo sommet rio + 20Plus de cent vingt chefs d’État se sont retrouvés à Rio de Janeiro du 20 au 22 juin pour le cinquième Sommet de la Terre. Malgré les ambitions affichées par la plupart des participants, ce sommet s’est achevé sur un constat d’échec à prendre des décisions concrètes pour l’avenir de la planète.
Promouvoir une économie verte
Le sommet Rio+20 s’est engagé vendredi à promouvoir une « économie verte » épargnant les ressources naturelles de la planète et éradiquant la pauvreté, pendant que les critiques fusaient sur son absence d’objectifs contraignants et de financement.
Vingt ans après le Sommet de la Terre qui avait imposé l’environnement sur l’agenda mondial, le sommet sur le développement durable, précédé par des mois de discussions et de négociations, s’est achevé à Rio de Janeiro avec l’adoption d’un compromis a minima mis au point par le Brésil, pays hôte. Quelque 188 pays de l’ONU ont approuvé par consensus ce texte intitulé “Le monde dont nous voulons”.
Ce consensus “mou” a été globalement rejeté par le Réseau Action Climat qui regroupe 600 ONG écolgistes. Pour avancer, en effet, les négociations climatiques ont besoin de deux moteurs essentiels : des pays leaders et des financements qui prouvent leur détermination. Or, ces deux conditions sont absentes du texte final de Rio+20.
L’Afrique d’une seule voix
Au cours de ce sommet, l’Afrique a été à la pointe des discussions. Emmenés par le président congolais, Denis Sassou N’Guesso, une trentaine de chefs d’Etats africains ont fait le déplacement pour plaider la cause de l’Afrique et éviter le scénario du pire. “L’Afrique n’a pas contribué au problème du changement climatique, mais elle sera la région du monde la plus affectée”, déplore Bineswaree Bolaky, économiste de la division Afrique à la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced).
La forte délégation africaine a tenté de démontrer que L’Afrique peut être en pointe d’un nouveau modèle de développement respectueux de la planète. Fort d’une richesse naturelle incomparable, le continent a en effet lancé de nombreux projets qui pourraient mettre le continent sur la voie d’un développement économique durable. L’Afrique semble donc prête à jouer un rôle majeur dans la préservation de l’environnement. Les délégations ont assuré que les pays du continent étaient disposés à asseoir leur économie et leur développement sur les nouvelles mesures de protection de l’environnement.
À condition que les pays développés respectent leurs engagements financiers, a précisé le président sud-africain, Jacob Zuma…

Posts semblables:


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ameliepl 214 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte