Magazine France

Une passion française : le SMIC

Publié le 26 juin 2012 par Bernard Girard
Le gouvernement a donc choisi de donner un tout petit coup de pouce au SMIC, tout juste 2%. On devine déjà les protestations de FO, de Mélenchon et le soupir de soulagement du Medef. Le plus surprenant est certainement cette passion française pour le salaire minimum qui nous aveugle sur la réalité des rémunérations. S'il est vrai qu'il est difficile de vivre avec un Smic, comme le rappellent régulièrement les journaux, il l'est encore plus de vivre sans travail, avec un temps partiel ou, ce qui revient au même, des CDD suivis de période de recherche d'un emploi.  A revenus équivalents, un salarié qui a un emploi régulier peut obtenir des prêts de ses fournisseurs, de la banque qui seront refusés au salarié avec un emploi précaire. Un salarié avec un CDI peut également espérer une promotion, des augmentations liées à son ancienneté ou à l'acquisition de compétences spécifiques à l'entreprise qui l'emploie, toutes choses interdites au salarié précaire.
Bien plus que le niveau du Smic, c'est la précarité qui appauvrit, c'est contre elle qu'il conviendrait de lutter en incitant les entreprises à recruter en CDI (ce qui pourrait se faire en simplifiant les procédures de licenciement). Mais le Smic nous donne régulièrement l'occasion d'échanger les mêmes arguments sur le coût du travail (oubliant que les hausses du Smic ont été largement compensées par les exonérations de cotisations sociales), la difficulté de vivre avec un petit salaire, la productivité des entreprises (en oubliant que les plus menacées par la concurrence internationale versent des salaires en général largement supérieur au Smic)… Une passion française, en somme!

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bernard Girard 236 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte