Magazine Santé

GRIPPE H1N1: Ces centaines de milliers de décès ignorés en Afrique et en Asie – Lancet Infectious Diseases

Publié le 26 juin 2012 par Santelog @santelog

GRIPPE H1N1: Ces centaines de milliers de décès ignorés en Afrique et en Asie – Lancet Infectious DiseasesAlors que 18.500 décès liés à la grippe pandémique A/H1N1 ont été officiellement confirmés pour la période avril 2009 à août 2010, cette grande étude internationale menée par la Division « Influenza » des US Centers for Disease Control and Prevention (CDC) d'Atlanta, avance aujourd'hui un chiffre, qui dans la réalité aurait été de 15 fois plus élevé. Ces données publiées et confirmées par 2 études de l'édition du 26 juin du Lancet Infectious Disease montrent une mortalité jusque-là extrêmement sous-estimée, en Afrique et en Asie, deux régions du monde avec un accès alors restreint au vaccin et qui auraient porté, à elles-deux, l'essentiel du fardeau de la mortalité.


Cette nouvelle estimation de 284.400 décès liés à la grippe pandémique 2009 A/H1N1 est basée sur le calcul, durant les 12 premiers mois de la circulation du virus et dans chaque pays, du nombre de décès. Les chercheurs sont partis des taux d'incidence des symptômes dans 12 pays et des rapports de décès de 5 pays à revenu élevé, ont à partir de ces données, calculé le taux de mortalité par tranche d'âge (0-17 ans, 18-64 ans et> 64 ans) puis l'ont ajusté, pour chaque pays, avec un coefficient prenant en compte les niveaux de mortalité par infections des voies respiratoires spécifiques à chaque région OMS. Les chercheurs ont également tenu compte de la surmortalité cardiovasculaire, avec la grippe H1N1. A partir de ces données, les auteurs ont pu calculer le nombre total de décès associés.


De 151.700 à 575.400 décès : 201.200 décès respiratoires (de 105.700 à 395.600) auxquels s'ajouteraient 83.300 décès d'origine cardiovasculaire (de 46.000 à 179.900), c'est l'estimation finale des auteurs, du nombre total de décès liés à la pandémie H1N1. 80% des décès respiratoires et cardiovasculaires seraient intervenus chez des moins de 65 ans et 59% en Asie du Sud et en Afrique.


60% des décès en Afrique et Asie : Non seulement cette estimation de la mortalité respiratoire et cardiovasculaire qui s'avère, finalement, 15 fois supérieure au nombre officiel de décès confirmés en laboratoire, met en évidence les faiblesses du système de surveillance épidémiologique mondiale mais indique la voie d'amélioration possible, une meilleure « couverture » de l'Afrique et l'Asie du Sud, deux régions où un nombre disproportionné de décès se seraient produits dans l'ignorance générale. La coordinatrice de l'étude, le Dr Fatimah S Dawood des CDC commente : « Nos résultats soulignent la nécessité d'améliorer la réponse mondiale à une pandémie de grippe et à améliorer l'accès des vaccins en Afrique et en Asie du Sud ».


Sources: The Lancet Infectious Diseases 2012; DOI: 10.1016/S1473-3099(12)70121-4 Online 26 June 2012.Estimated global mortality associated with the first 12 months of 2009 pandemic influenza A H1N1 virus circulation: a modelling study DOI: 10.1016/S1473-3099(12)70152-4Global mortality of 2009 pandemic influenza A H1N1 (Visuel OMS)

GRIPPE H1N1: Ces centaines de milliers de décès ignorés en Afrique et en Asie – Lancet Infectious Diseases
Accéder aux actualités sur la Grippe H1N1Lire aussi : ORIGINES de la PANDÉMIE : Une étude révèle pourquoi H1N1 était si inattendu


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine