Magazine France

SMIC toujours, tu m’intéresses…

Publié le 26 juin 2012 par Gédécé @lesechogaucho

 SMIC toujours, tu m’intéresses…

Source : INSEE, ici

 .

C’est encore et toujours l’histoire de la coupe à moitié vide ou à moitié pleine. Dès qu’ils ont eu connaissance de la hauteur de l’augmentation du SMIC (2%), les syndicats ont aussitôt protesté du trop peu, et les patrons de cette trop forte hausse qui risquerait de mettre en péril leurs équilibres financiers internes. C’est le jeu, ma pauvre Lucette. Mais regardons plus froidement ce dont il s ‘agit. Le SMIC brut est de 9,22 € par heure soit 1 398,37 € brut et 1 096,94 € net mensuels pour la durée légale de 35 heures par semaine.Pour les salariés concernés¹, cela constituera 22 euros de plus par mois en bas de leur fiche de paie. Même pas de quoi remplir un réservoir d’essence (même en diesel) pour se rendre sur un lieu de travail de plus en plus distant.

 Pour illustrer cet argument par un cas bien concret, plus propre à frapper l’imagination de ceux qui ne sauraient pas de quoi on parle ici, j’ai rencontré ce week-end un bon gars,  vraiment très bien,  volontaire et travailleur, qui était employé par 5 communes comme employé municipal. Celles-ci ont poussé le vice jusqu’à considérer que chacune d’entre elles constituait sa résidence administrative principale de rattachement. Les frais de déplacement étaient donc pour sa pomme. Sur un smic, ça laisse songeur, en termes de justice sociale… Le gars n’était pas un feignant, mais à deux ans de la retraite, on comprend qu’il ait hâte de ne plus se faire entuber… Si les communes en question avaient eu plus de considération pour l’être humain, pourtant particulièrement utile, qu’elles avaient en face d’elles, sûr qu’elles se seraient arrangées pour constituer un SIVU, et employer collectivement cette personne qui se serait alors vu rembourser les frais de déplacement  induits par son activité professionnelle.

 Je crains donc que pris globalement, le problème du SMIC ne soit à considérer du point de vue du salarié, confronté lui-même à des contraintes bien concrètes comme le pouvoir d’achat (+2,1 % entre 2010 et 2011) plutôt que de l’employeur, qui n’est pas quant à lui le représentant d’ une entreprise philanthropique, en général… Même (surtout?) quand il est public. Et qui, en particulier, a toujours tout intérêt (bien que celui-ci soit à mon sens à bien courte-vue) à payer ses salariés le moins possible, ceci indépendamment des bénéfices qu’il tire de l’activité dudit salarié. Et qui sont parfois colossaux en regard de la rigueur que l’ensemble de l’économie actuelle fait peser sur les seuls salariés. Et donc, bien que certainement insuffisante, si l’on prend en compte les intérêts des uns et des autres (étant entendu que l’Etat est le seul acteur du système à pouvoir mettre en place ce garde-fou des égoïsmes et de la cupidité universelle qu’est le SMIC),  cette hausse me semble une bonne avancée malgré tout. Et notamment malgré le fait que l’indice de l’augmentation du coût de la vie soit plus important que cette hausse, ce qui est symboliquement très regrettable pour un gouvernement dit socialiste, cela d’autant plus qu’il n’y avait pas eu de hausse du smic  depuis fort longtemps (2006 ?). C’est un bon début. On attend la suite… Car si l’on se basait sur ce seul levier pour relancer la croissance, comme Hollande s’en veut le chantre et le hérault, ça craint…


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gédécé 134609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog