Magazine Info Locale

Mme Nathalie Kociusko-Morizet devra monter au front et livrer bataille

Publié le 26 juin 2012 par Gezale
Mme Nathalie Kociusko-Morizet devra monter au front et livrer bataillePendant des semaines et des mois, ils se sont tu. Pendant des jours et des nuits, ils ont couvert les propos extrémistes du candidat Sarkozy, se souciant comme d'une guigne, des valeurs républicaines soi-disant communes à la gauche et à la droite. Nathalie Kociusko-Morizet affirme que « Patrick Buisson, l'un des conseillers du président battu, n'a pas fait campagne pour la victoire de Nicolas Sarkozy mais pour celle des idées de Charles Maurras. » L'ancienne ministre était tout de même la porte-parole de Nicolas Sarkozy ! Peut-on à la fois porter la parole du candidat UMP et contester en son for intérieur cette même parole sans se discréditer gravement et finalement se trouver dans l'incapacité de convaincre puisque étant soi-même non convaincue.
Vous me direz : ce sont les problèmes de la droite. Certes, mais ces problèmes concernent la vie démocratique de notre pays. Quand un parti dit de gouvernement décrète un « ni-ni » entre le Front national et le parti socialiste sous prétexte que des candidats du Front de gauche appellent à voter pour lui sans accepter, d'ailleurs, le projet socialiste ni le programme du président François Hollande, on ne peut manquer d'être inquiet sur la dérive à l'ultra droite de l'UMP. Quand on sait que 50 % des électeurs de l'UMP sont prêts à passer des accords « locaux » en bonne et due forme avec les candidats de Marine Le Pen, on voit bien que le Rubicon est franchi et que les digues ont cédé.
Pendant cinq ans, Sarkozy a fait du Le Pen mais pas une voix ne s'est élevée dans les rangs de l'UMP pour regretter, déplorer, corriger cette énormité en contradiction totale avec l'engagement de Jacques Chirac et les 82 % des suffrages obtenus au second tour de 1982 avec le soutien de la gauche. A cette époque, nous n'avions pas joué les bégueules ni les « ni-ni ». Nous avions voté pour Chirac même s'il nous en coûtait. Les cinq années de Sarkozysme ont effacé ce pacte républicain.
« L'erreur est humaine, persévérer est diabolique. » Nathalie Kociusko-Morizet assure qu'elle sera candidate à la présidence de l'UMP, cet automne, si ses idées ne sont pas reprises par un des grands…Elle pense à Copé, Fillon, Juppé mais elle devrait savoir que l'UMP n'est pas tendre avec les femmes et encore moins avec celles qui ont des valeurs à défendre. Les livres de Roselyne Bachelot, de la directrice de cabinet de Patrick Devedjian…éclairent les pratiques d'hommes agissant dans la fièvre du pouvoir et le sentiment d'impunité absolue. Si Mme Kociusko-Morizet veut se faire entendre, elle sait bien qu'elle devra monter au front…et livrer bataille.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gezale 7337 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine