Magazine Poésie

Fable de Jean-Pierre Claris de FLORIAN : Le Parricide

Par Unpeudetao

Un fils avait tué son père.
Ce crime affreux n’arrive guère
chez les tigres, les ours ; mais l’homme le commet.
Ce parricide eut l’art de cacher son forfait,
nul ne le soupçonna : farouche et solitaire,
il fuyait les humains, il vivait dans les bois,
espérant échapper aux remords comme aux loix.
Certain jour on le vit détruire à coups de pierre
un malheureux nid de moineaux.
Eh ! Que vous ont fait ces oiseaux ?
Lui demande un passant : pourquoi tant de colère ?
Ce qu’ils m’ont fait ? Répond le criminel :
ces oisillons menteurs, que confonde le ciel,
me reprochent d’avoir assassiné mon père.
Le passant le regarde ; il se trouble, il pâlit,
sur son front son crime se lit :
conduit devant le juge, il l’avoue et l’expie.
ô des vertus dernière amie,
toi qu’on voudrait en vain éviter ou tromper,
conscience terrible, on ne peut t’échapper !

Jean-Pierre Claris de FLORIAN (1755-1794).

*****************************************************


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Unpeudetao 369 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine