Magazine Humanitaire

Tchad : les banques de céréales pour parer aux déficits

Publié le 03 juillet 2012 par Cmasson
Copyright Lucile Grosjean Tchad : les banques de céréales pour parer aux déficits Tchad Début de la mission : 2006 Equipe: 225 personnes Détail de la mission

Au Sahel, la production céréalière est, pour beaucoup, une culture pluviale : elle est donc particulièrement dépendante des aléas du climat. Les banques de céréales sont un moyen d’assurer un accès plus régulier à la nourriture, notamment à la suite d’épisodes de sécheresse ou de hausse importante des prix.

Quel est le principe des banques de céréales ? Il s’agit de constituer des réserves lors des récoltes, qui permettent de se préparer aux périodes de pénuries, tout en échappant à la spéculation. Les adhérents évitent ainsi de s’approvisionner sur les marchés au moment où les prix augmentent.

Ces banques sont gérées par des organisations paysannes ou comités de village, comme l’explique Adoum Adji Korouma, chef du village de Blatchidi au Tchad, qui a mis sur pied une de ces banques avec le soutien d’ACF. « Ce système nous permet de constituer des réserves, que nous vendons lors de la période de soudure aux adhérents à un tarif assez bas. Avec les bénéfices retirés de la vente, nous achetons de stocks plus importants de céréales, et ainsi de suite. En cette année difficile, ce système est particulièrement utile. »

Pour permettre de constituer le stock de départ de cette banque de céréales, ACF a fourni 6500 kilos de céréales, ainsi que des matériaux de construction, avec lesquels les villageois ont construit le bâtiment. Elle accompagne aussi les villages dans la gestion de la banque.  

Retour à la liste des articles


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cmasson 71342 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte