Magazine Info Locale

Bilan de Girard aux affaires culturelles parisiennes dressé par la CFDT : une catastrophe !

Publié le 04 juillet 2012 par Delanopolis
Loin des tribunes enflammées publiées dans "le Monde" par ceux qu'il arrose afin de convaincre le bon peuple que Christophe Girard a été un excellent adjoint à la culture, c'est à une descente en flammes que se livrent ceux qui l'ont vu travailler de plus près : les personnels concernés par son agitation cosmétique. Le coup fait d'autant plus mal qu'il vient de la CFDT ! Bilan de Girard aux affaires culturelles parisiennes dressé par la CFDT : une catastrophe ! La CFDT salue le départ de Christophe Girard en dressant un bilan accablant de la gestion de la culture à la Ville de Paris !

La CFDT, qui ne voit plus la vie en rose malgré le départ de Christophe Girard, se lâche et dénonce la multiplication des structures administratives à la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris. « Cela ressemble désormais à la vie d'un vieux couple mal assorti qui passe son temps à résoudre à deux des problèmes qu'ils n'auraient pas eu seul... ». C’est ainsi que la CFDT dresse, de manière très imagée, le bilan de la Ville de Paris en matière culturelle dans une déclaration rendue publique la semaine dernière*.

« On attend dorénavant avec une inquiète impatience le prochain chapitre d'une restructuration de la DAC. » rajoute le syndicat perfide !

Leur liste de critiques sur la gestion des bibliothèques, musées et conservatoires est longue. Le syndicat cher à François Chérèque commence son réquisitoire par les bibliothèques municipales : problèmes informatiques, règles budgétaires qui changent en cour d’année, énormes cafouillages pour les équipements en travaux, notamment celui de la bibliothèque Goutte d’Or. La charge est lourde

Mieux, selon la CFDT, les préfigurations des futures médiathèques (Saint Lazare ou Vaclav Havel) font l’objet d’une gestion des plus erratiques. « Bureaux, hangars loués et dont on découvre qu'ils ne pourront être occupés que durant 6 mois, pour ensuite faire déménager les collections déjà constituées, les postes de travail et les connexions internet, entrainant une lourde très lourde logistique à remettre en place. » appuient les syndicalistes ! Mais faire et défaire, c’est toujours travailler, n’est ce pas ?

Avec cette organisation digne du sapeur Camembert, on multiplie les comités Théodule avec dans le désordre : « mission territoire », « qualiparis », « charte d’accueil » « que l’on peaufine et fignole » précise la CFDT.

Il est vrai que le syndrome du Shadock est présent au plus haut niveau de l’Hôtel de Ville de Paris avec la mise en place de la désormais célèbre « démarche valeur » !

Bref, ces critiques rejoignent celles de la CGT des Affaires Culturelles qui avait, elle aussi, pointé l’inflation bureaucratique (ici), les pannes de chauffage ou du système informatique dans les bibliothèques.

Pour la CFDT « Il existe d'autres domaines d’extension du domaine de la lutte pour la culture... » et d’embrayer sur la situation des conservatoires parisiens où « on invente des astuces pour cacher la réalité des queues d'inscriptions et cette année on découvre les vertus de l’inscription par téléphone... ». Ah ! Les vertus du téléphone ! La Mairie de Paris qui se veut « ville numérique » n’y avait pas pensé. Ce numérique justement que la CFDT n’hésite pas à brocarder avec le bout de la souris « On veut du jeune, du geek, le multimédia l'exige... », faisant probablement référence au futur projet de la bibliothèque de la Canopée dont d'autres avaient déjà dénoncés le ridicule.

Pour les musées parisiens ce n’est guère mieux « Avec leur futur transfert vers un Etablissement Public, on reste encore stupéfait de la déclinaison que ce projet a fini de faire du dialogue social à la ville de Paris : une information sur la base d'un monologue de l’administration...sans revenir, une fois de plus, sur les grandes questions qui restent en suspens pour l'avenir des personnels au sein de cette nouvelle structure ? »

Il est vrai que côté dialogue social l’exemple vient d’en haut. On se souvient d’une réunion houleuse, où les syndicats avaient été unanimes à dénoncer l’attitude parisienne. Le devenir des musées parisiens proposé par la municipalité y avait fait l’objet d’un rejet collectif des représentants des personnels.

La CFDT, avec d’autres, décrit une situation sans concession sur l’état de la culture municipale qui semble se résumer à quelques équipements de prestige fort coûteux (CentQuatre, Gaité Lyrique, etc…).

La Mairie de Paris « laisse une sensation d'indicible chaos directionnel qui engendre désillusion et rancœur des professionnels de la culture parisienne : bibliothèques, conservatoires, musées... » Ce qui va immanquablement entrainer, poursuit-elle « doute et critique vis à vis des structures et des élus politiques dont ils pensaient que ces derniers leur offriraient un fonctionnement professionnel nettement moins lourd, voire plus rose... »

Il semble qu’il n y ait plus que l’administration qui voit la vie en rose, couleur il est vrai de l’actuelle majorité municipale. Une chose est sûre cependant il n’ont pas vu venir l’attaque cédétiste !

Lire ICI.



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delanopolis 94237 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte