Magazine Politique

UMP : Copé et Fillon évitent le choc frontal

Publié le 09 juillet 2012 par Aurelinfo

sans-titre-copie-6.JPG

L'été commence tout juste et il y a de l'orage dans l'air. Quatre mois avant l'élection du président de l'UMP, le parti est déjà électrisé par la guerre entre Jean-François Copé et François Fillon. Samedi matin, quelque 300 cadres de l'UMP se sont réunis au siège parisien du parti pour tirer le bilan des élections présidentielle et législatives et préparer le congrès pour l'élection, en novembre, du nouveau chef de parti. À cette occasion, Jean-François Copé et François Fillon n'ont pas manqué de se disputer le leadership du parti par discours interposé, mais sans en venir au clash. 

Vers 10 heures, le secrétaire général de l'UMP ouvre le séminaire des cadres en appelant à la "reconquête". "Dans l'opposition, il faut créer les conditions d'une vague bleue aux élections de 2014. Nous tous, militants engagés, devons repartir sur le terrain", lance-t-il d'une voix forte. Un discours que n'a pas écouté François Fillon qui est arrivé à 11 h 35, à pied, tout sourire, en tenue décontractée. Venant tout droit de la Sarthe, où il participe ce week-end à la course Le Mans classic, l'ex-Premier ministre avait prévenu de son retard. Une fois à la tribune, le député de Paris - seul candidat déclaré à la présidence de l'UMP - en profite pour donner sa vision du premier parti d'opposition. 

L'objectif ? "Construire la prochaine alternance" aux municipales de 2014 puis à la présidentielle de 2017. Pour y parvenir, "l'UMP devra poursuivre sa transformation. S'ouvrir sur l'école, sur l'université et sur le monde. (...) Nous devrons clarifier nos positions sur l'économie, sur la nation, sur l'Europe. Nous devrons rendre aux Français la fierté d'appartenir à l'une des plus anciennes nations", propose-t-il notamment. Et de formuler aussitôt quelques recommandations en vue du scrutin interne de novembre. "Cette campagne à l'UMP ne doit être ni dramatisée ni escamotée, car c'est la fonction et l'honneur d'un parti que de faire vivre la démocratie en son sein", réclame-t-il.

Bataille sur le Web

Après ce discours de campagne, Jean-François Copé ne pouvait pas garder le silence. Le député-maire de Meaux reprend donc le micro pour la seconde fois, histoire de rappeler que la bataille pour l'UMP se jouera aussi avec lui, le moment venu. "François, tout ce que tu as dit, nous le faisons nôtre", répond ainsi le secrétaire général de l'UMP. Et d'enchaîner : "Nous serons amenés à défendre une ligne politique et chacun présentera la sienne. Nous devons être une droite et un centre droit décomplexés où l'on a le droit de parler de tout." Jean-François Copé ne devrait pas déclarer sa volonté de briguer l'UMP avant fin août. Pour celui qui se campe en "chef de famille", il n'est donc pas question pour le moment d'attaquer trop frontalement son adversaire. "Il faut préserver la cohésion et l'unité", répète à l'envi Copé devant les journalistes. 

Au moment où les deux rivaux confrontent leur projet pour l'UMP, une autre bataille se déroule sur Internet. Toute la matinée, les pro Copé et pro Fillon rivalisent de messages sur Twitter pour diffuser et commenter le discours de leur champion. Cette semaine, la tension est d'ailleurs montée d'un cran. Les cybermilitants de l'équipe Fillon ont récupéré un compte de soutien à Nicolas Sarkozy (@ns2012) en le rebaptisant @teamfillon et en engrangeant de fait les 60 000 abonnés obtenus pendant la campagne présidentielle. Une manoeuvre que les pro-Copé ne sont pas près de digérer. 

Campagne de terrain

À la sortie de la réunion, en début d'après-midi, les cadres UMP défendent leur champion. "Moi, j'ai choisi Copé, nous avons besoin d'un chef pour mener l'opposition qui sache préparer les combats à venir de façon opérationnelle", affirme l'ex-ministre Marie-Anne Montchamp, comparant au passage François Fillon et Dominique de Villepin qui, selon elle, se ressemblent par leur manque de détermination. Le député Jérôme Chartier, proche de François Fillon, salue au contraire le "courage" de son candidat : "François Fillon a prononcé un très bon discours pour lancer la mobilisation en vue de la reconquête. Il a décliné son ADN politique avec la force des mots."

Si la campagne officielle ne commence que le 5 octobre, François Fillon et Jean-François Copé se déploient d'ores et déjà sur le terrain pour rencontrer les militants. Jean-François Copé a prévu de passer le reste du week-end en Provence-Alpes-Côte d'Azur où il dînera dimanche soir avec une vingtaines de parlementaires et anciens candidats aux législatives. Quant à François Fillon - favori selon les sondages - il étrennera lundi ses habits de candidat en se rendant dans le Loiret. Les 18 et 25 novembre, ce sont en effet les 260 000 adhérents à jour de cotisation qui voteront pour élire le nouveau chef du parti. D'ici là, il s'agit de les bichonner et de les convaincre.

Source : Le Point


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aurelinfo 1319 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine