Magazine Info Locale

L’émission qui bouscule l’Inde

Publié le 09 juillet 2012 par Journalpakistan @journalpakistan

Infanticides, corruption, castes… En s’attaquant aux tabous de la société, l’émission « Que la vérité éclate », animée par un acteur vedette, est un phénomène en Inde. Même les pouvoirs publics réagissent.

Publié dans Le Parisien/Aujourd’hui en France et La Presse (Montréal)

Emmanuel Derville, à New Delhi.

L’émission qui bouscule l’Inde

L’acteur Aamir Khan sur le plateau de “Que la vérité éclate”

Cheveux de jais, tout en muscles, Aamir Khan surgit sur le plateau télé sur une musique entraînante. « Bonjour à tous. Que la vérité éclate », lance la star de cinéma, dont le magazine de société, lancé le 6 mai, est devenu un phénomène en Inde. Dès le premier volet de « Que la vérité éclate », sur l’infanticide des petites filles — qui fait des ravages dans ce pays de 1,2 Mds d’habitants —, l’émission a frappé très fort.

« Nous avons besoin de mères pour assurer la survie de l’humanité, a plaidé l’acteur. Mais comment les traitons-nous? » Mal, si l’on en croit le premier témoin, Amisha. Mariée en 2000, la jeune femme tombe enceinte un an plus tard. Sa belle-famille l’emmène chez le gynécologue pour un examen de routine… Quand elle se réveille, son fœtus a disparu. « Ma belle-famille voulait un fils et rien d’autre », confie-t-elle, en tremblant « Vous avez subi ça combien de fois ? », s’enquiert l’acteur. « Six fois en huit ans. » Stupeur et larmes dans le public. Autre victime de ce sexisme : Parveen, battue par son mari parce qu’elle n’arrive pas à avoir un garçon. Un matin, pendant qu’elle dort, il lui déchiquette le nez… Les photos de son visage défilent à l’écran, entrecoupées de gros plans du public, toujours en pleurs.

400 millions de téléspectateurs

« On joue beaucoup sur l’émotion », souligne Satyajit Bhatkal, le directeur d’Aamir Khan Productions, qui réalise le show. « Tous ces problèmes concernent tout le monde ici. On appuie le propos avec des reportages et des avis d’experts. » Cela donne à l’image un cocktail de larmes et d’analyses servi par un comédien vénéré. « Quand Aamir Khan parle, toute l’Inde écoute », observe Satyajit Bhatkal. Révélateur de l’influence des célébrités dans le pays, en particulier les acteurs et les joueurs de cricket.

Diffusé le dimanche matin , « Que la vérité éclate » a attiré, dès le début, 400 millions de téléspectateurs et a déjà récolté 31,5 millions de roupies de dons (460 000 €) reversés à des ONG. Chaque épisode s’attaque à des tabous : dots exorbitantes, crimes d’honneur, les intouchables… La presse indienne en fait ses choux gras : racoleur pour les uns, fantastique pour les autres, le programme a même un impact sur les pouvoirs publics.

Moins d’une semaine après le volet sur les avortements de filles, l’Etat du Rajasthan a autorisé la création de tribunaux spéciaux, chargés de juger les médecins soupçonnés de fœticide sélectif. Le ministre de la Santé de l’Etat du Maharashtra a sollicité Aamir Khan pour qu’il anime une campagne de prévention contre ce fléau. Et d’autres régions ont annoncé des mesures pour mieux surveiller les centres d’échographie.

Dans le quatrième épisode, il est question des médecins ripoux, qui ruinent les plus démunis. Quelques jours plus tard, les États du Karnataka et du Maharashtra, dans le sud et l’ouest du pays, ont promis d’ouvrir des pharmacies publiques pour faciliter la vente de médicaments génériques. « On ne provoquera pas une révolution, tempère Satyajit Bhatkal. Mais on veut faire évoluer les mentalités. »


Classé dans:Economie / Societe, Inde Tagged: Aamir Khan, émission, Que la vérité éclate, Satyamev Jayate, Star Plus, télévision

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Journalpakistan 10 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte