Magazine Santé

PLAIES, CICATRICES: Un nouveau traitement miracle? – The FASEB Journal

Publié le 09 juillet 2012 par Santelog @santelog

PLAIES, CICATRICES: Un nouveau traitement miracle? – The FASEB JournalUn nouveau traitement pour réduire les cicatrices, un antagoniste des récepteurs de l'adénosine A2A, qui appliqué localement, serait capable de diminuer la taille globale d'une cicatrice et d'améliorer la qualité de la peau au niveau de la cicatrice. C'est ce qu'ont développé ces scientifiques de l'Université de New York. Un grand espoir pour les personnes victimes d'un accident, blessées au cours d'un combat ou d'une agression ou qui, plus simplement, ont subi une chirurgie. Des résultats à découvrir dans l'édition du 5 juillet du FASEB Journal.


Les cicatrices peuvent affecter le corps et …l'esprit.


Cette nouvelle stratégie visant à réduire voir éliminer les cicatrices sur la peau pourra donc faire du bien au moral. Cet agent qui bloque les récepteurs de l'adénosine - une molécule produite à partir de l'ATP (Adenosine TriPhosphate) utilisée par l'organisme pour fournir de l'énergie aux muscles-  peut être appliqués par voie topique pour cicatriser les plaies, réduire la taille de la cicatrice mais aussi rendre à la peau de la zone lésée un aspect plus proche d'une peau indemne.


Les cicatrices peuvent être défigurantes et peuvent conduire à une dégradation de la qualité de la vie, explique le Dr Bruce N. Cronstein, chercheur du service de médecine translationnelle de la New York University. Nous espérons que nos résultats vont conduire à de nouveaux agents qui vont contribuer à diminuer la cicatrisation et la défiguration liée aux brûlures, plaies, ou même à certaines maladies qui abîment la peau. Enfin, à un meilleur confort de vie.


Lorsque la peau ou d'autres tissus sont blessés, l'ATP s'échappe des cellules endommagées et est converti en adénosine, ce qui favorise la guérison. Les cicatrices se forment lorsque l'adénosine continue à être produite au site de la plaie après cicatrisation, ce qui conduit à des cicatrices plus larges et plus épaisses. Pour étudier la possibilité de réduire la taille des cicatrices, le Dr Cronstein et ses collègues ont étudié les plaies sur le dos des souris. Une fois la plaie refermée, l'antagoniste du récepteur d'adénosine A2A est appliqué et les chercheurs constatent qu'il empêche un excès de tissu cicatriciel chez les souris traitées.


Source: FASEB J doi:10.1096/fj.12-209627 Pharmacological blockade of adenosine A2A receptors diminishes scarring. (Vignette Hartmann, Visuel © Kimberly Reinick - Fotolia.com)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine