Magazine Environnement

Gestion des ressources

Publié le 09 juillet 2012 par Dedu

DeDu014.jpgQuel est l'impact de notre consommation ? Cette question peut être posée sous de multiples angles, par exemple en matière d'émissions de CO2, de surfaces nécessaire à produire les ressources premières ...

L'une des grandes difficultés dans ce genre de calculs réside dans le fait qu'il existe, à travers le monde, diverses méthodes pour produire un biens de consommation final. Toutes ne se valent pas. Par ailleurs, les impacts du transport du lieu de production au lieu de consommation ne sont pas proportionnels à la distance (cf. l'impact carbone du gigot d'agneau).
Et pour corser encore les choses, il est presque impossible pour le consommateur d'évaluer l'ensemble de ces impacts pour un produit donné, et encore moins pour l'ensemble de sa consommation. Cette difficulté rend impossible une démarche qui se voudrait citoyenne, éco-responsable, raisonnée ... A moins de faire des simplifications qui induisent de passer outre certains impacts ou de ne pas regarder à la dépense.

Ainsi, la démarche présentée dans le blog Ecologie du Monde (éviter à tout pris la consommation de tout produit contenant de l'huile de palme) soulève plusieurs remarques.
La démarche est complexe, et comme cela est montré, impossible si on a des obligations de déplacement en véhicule individuel ou en bus fonctionnant au gazoil. Ne vaut-il mieux pas viser une limitation forte (et non une exclusion stricte) ?
L'huile de palme, comme d'autres produits, est utilisée depuis fort longtemps. Le problème ne vient pas tant de sa qualité que de la généralisation de son usage dans de nombreux secteurs économiques (et uniquement dans l'agro-alimentaire), et des impacts induits. L'image de la déforestation engendrée par les besoins croissants de l'industrie est ainsi une représentation de l'impact de la consommation toujours croissante des ressources pour répondre aux besoins croissants de la population mondiale.

Le changement de paradigme (Consommer moins pour consommer mieux) devient un enjeu majeur, et pas uniquement dans les pays industrialisés. Mais comment réussir cette démarche complexe, alors que nos dirigeants ne jurent que par le sacro-saint PIB, qui n'est qu'une représentation du couple consommation/production. Comment la réussir, si même les dirigeants des nations en plein développement y font aussi appel (Cf. le Brésil ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dedu 12 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte