Magazine Culture

La petite lavandière de la nuit

Publié le 09 juillet 2012 par Legraoully @legraoully

La petite lavandière de la nuit

Ce matin là je tenais une gueule de bois épouvantable. Haute comme un séquoia et large comme un baobab. En dépit des deux aspirines qui firent office de petit déjeuner, mes yeux avaient changé d’orbite, mon cerveau vibrait comme une essoreuse, et j’avais la vague impression d’avoir bouffé un cendrier. Dans ces circonstances, la meilleure chose à faire était de fuir la cité bruyante et d’aller se réfugier dans les bois sur les flancs du Mont St Quentin.

Le vacarme des automobiles fut un supplice pour mon encéphale encore bien imbibé. Ma trajectoire bien peu rectiligne suivait le cours de mes pensées, qui s’entrechoquaient sur les parois de ma caboche comme une bille dans un flipper. Et pour éviter de faire tilt avant d’arriver à bon port, j’essayais de fixer mon esprit sur deux idées maximum. Je ricanais ainsi intérieurement en pensant à ces petits comiques qui croyaient souffrir en pèlerinant à Saint Jacques de Compostelle sur les genoux (chrétiens, vous ne méritez pas le paradis) ou je me demandais si l’aigle qui passe l’éternité à becqueter le foie de Tantale n’aurait pas préféré que le propriétaire dudit foie fut un poivrot pour donner un peu de goût à la viande.

Bref, je parvins à destination, dans un bosquet à l’abri du passage des randonneurs, et je me laissais choir dans l’herbe tendre. Les feuillages préservaient mes yeux las de la lumière crue du soleil, les oiseaux chantaient, et à part un rossignol un peu louche qui regardait mon foie avec gourmandise, tout était bien. La quiétude commença à s’emparer de moi. Comme si la nature m’attendait. Une clope au bec (que j’avais recraché du cendrier de la veille), je récitais les vers d’Ausone sur la Moselle: « O Naïade qui habite les bords de la Moselle, montre moi les groupes du troupeau qui porte écaille, et décrit moi ces légions qui nagent dans le sein transparent du fleuve azuré ». Je chantais bien sûr en latin, mais pour la bonne compréhension du texte, je vous ai traduit.

Quelques heures plus tard, je m’éveillai, rassénéré, en pleine possession de mes moyens. Le jour commençait de tomber sur les vertes collines, et il y avait un bout de chemin à faire si je voulais être à l’heure chez moi pour l’apéro. Me retournant vivement pour me saisir de mon sac à dos, je fus surpris par une jeune fille dont le teint livide laissait à penser qu’elle militait aussi pour la reforestation par l’alcoolisme (la gueule de bois pour ceux qui comprennent lentement). Si je n’avais pas laissé mon coeur à l’huile d’olive chez le médecin dans une précédente nouvelle, j’aurais sans nul doute fait un infarctus tant la petite faisait peur. Celà dit, ses yeux cernés lui faisaient une manière d’eyeliner naturel qui n’était pas sans charme.

« Je peux vous aider? Vous êtes perdue? Vous voulez un bout de foie? lui demandai-je

- Certes oui tu peux m’aider. Je suis une fée, une banshee pour être très précise, et j’ai besoin de toi.

- Une fée? C’est cela oui. Et moi je suis Sandro Botticelli. Et quand bien même tu serais une fée, puisque tu me tutoies dans la phrase du dessus, je ne me souviens pas avoir vu tes collègues se bousculer autour de mon berceau il y a une trentaine d’années, alors je ne vois pas pourquoi j’aiderais une fée. »

Son petit regard de chaton insomniaque me traversa de part en part et la honte commença d’empourprer mon visage. J’étais bien peu charitable de refuser d’aider une jeune fille seule dans la forêt, et j’adore les coquillages, c’est bien que je dois avoir de la parentèle chez les Botticelli, donc elle pourrait aussi bien être une fée.

« -Bon d’accord. Pardonne mon attitude cavalière. En quoi puis-je me rendre utile?

- Il faut que tu me ramènes chez moi, au pays des lavandières de la nuit, Kannerezed-noz en version originale. Je suis la dernière de ma corporation, et mon métier consister à crier pour annoncer la mort et à me lamenter sur le linceul des récents défunts. D’où le surnom breton et sa traduction.

- Tu sais la Bretagne, c’est complètement à l’autre bout de la France, je ne sais pas comment je pourrais t’aider attendu que je ne sais pas conduire. Je peux éventuellement t’aider à réserver un train?

- Je suis une fée, mais mes pouvoirs ne me permettent pas encore de faire arriver les trains à l’heure. Or mon temps est compté. Prends ce champignon et mâche-le très lentement. Il te permettra d’accéder au pays où nul mortel n’a jamais mis les pieds. Tu seras mes yeux dans ce lieu où il ne m’est pas permis de voyager seule. Maintenant, ferme les yeux et tiens-moi la main. Nous allons chez les lavandières de la nuit. »

Un cri strident déchira le silence. Je m’éveille en sueur, dans ma chambre, et la plainte aigue semble provenir de la cuisine. Au bord de l’apoplexie, je me précipite hors de mon lit, et je ne peux que constater le dégâts. La résistance de la machine à laver a lâché. Au revoir mademoiselle la lavandière.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Legraoully 29555 partages Voir son profil
Voir son blog