Magazine Santé

La CONTRACEPTION, c’est la santé et des milliers de décès évités – The Lancet

Publié le 10 juillet 2012 par Santelog @santelog

La CONTRACEPTION, c’est la santé et des milliers de décès évités – The LancetSans recours à la contraception, le nombre de décès maternels aurait été 1,8 fois plus élevé dans le monde. Les bénéfices des contraceptifs modernes à la santé des femmes, l'emportent largement sur les risques et un accès « universel » à la contraception permettrait d'éviter 30% des décès maternels, conclut cette étude de chercheurs de la London School of Hygiene and Tropical Medicine (Londres) et de l'Eunice Kennedy Shriver National Institute of Child Health and Human Development (NIH), publiée dans l'édition du 10 juillet du Lancet consacrée à la planification familiale. Ainsi, la contraception a permis de réduire de 40% le nombre de décès maternels au cours des 20 dernières années, dans les pays en développement, simplement en réduisant le nombre de grossesses non désirées.


Si les taux de mortalité maternelle ont diminué ces dernières décennies dans la plupart des pays riches et pays à revenu intermédiaire, 300.000 femmes et 3 millions de nouveau-nés meurent chaque année en raison de complications liées à la grossesse et l'accouchement. La majorité de ces décès est concentrée dans les pays en développement.
Les chercheurs de l'École Bloomberg de santé publique, l'Université Johns Hopkins, de l'University of North Carolina at Chapel Hill et des NIH, ont analysé les données de l'OMS pour estimer le nombre annuel de décès maternels dans chacun des 172 états membres, ainsi que le nombre de décès évitable grâce à une contraception. Leurs estimations montrent que,


·   la Grèce a le plus faible taux mondial de mortalité maternelle (3 décès maternels/100.000 naissances vivantes).


·   Le Tchad a le plus taux mondial de mortalité maternelle le plus élevé (jusqu'à 1.465 décès maternels/ 100.000 naissances).


·   L'Afghanistan : 1.365/100.000 naissances.


La contraception permet de limiter les grossesses à risque


·   Retarder en âge la première grossesse, chez les femmes très jeunes


·   Réduire les risques associés aux grossesses qui sont trop rapprochées


·   Réduire les grossesses non désirées et leurs complications associées,


·   Diminuer le risque d'avortements non médicalisés responsables de 13% des décès maternels dans les pays en développement.


Ainsi, empêcher les grossesses à risque, ou celles qui auraient fini par un avortement à risque, c'est aussi le bénéfice, mensuré par cette étude, de l'utilisation accrue de contraceptifs. Ces 10 dernières années, la contraception a ainsi permis de réduire de 26% le risque de décès maternel soit plus de 100.000 vies chaque année. Promouvoir l'utilisation de la contraception permettrait surtout de prévenir la mortalité maternelle dans les pays en développement. Le besoin non satisfait est le plus flagrant en Afrique sub-saharienne avec un taux d'utilisation des contraceptifs de 22% vs  75% dans les pays riches. L'étude montre l'urgence de renforcer l'accès dans ces pays à la fois pour réduire la mortalité maternelle mais aussi infantile.


La contraception contribue aussi à la santé et à la survie des enfants, principalement en évitant les grossesses trop rapprochées. Dans les pays en développement, le risque de prématurité et de faible poids de naissance est double en cas de conception dans les 6 mois suivant la naissance précédente, et les enfants nés dans les 2 années suivant la naissance précédente ont un risque de décès accru de 60%.


Source: The Lancet, Early Online Publication, 10 July 2012 doi:10.1016/S0140-6736(12)60609-6 Contraception and health (Visuel © JPC-PROD - Fotolia.com)


La CONTRACEPTION, c’est la santé et des milliers de décès évités – The Lancet
Accéder aux dernières actualités sur la contraception


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine