Magazine Science & vie

Le pouvoir de l' imaginaire (184) :trous noirs....énigmes finales

Publié le 10 juillet 2012 par 000111aaa

Continuons ce dialogue imaginaire  sur les trous noirs entre nous trois  PIERRE,  SCRONGNEUGNEU  et moi-même pour continuer  d’essayer de préciser  à quels  genres d’astres  on pourrait avoir affaire…….

PIERRE : «   je crois avoir compris PAPY   que ton collègue et toi-même , sans accepter totalement les calculs d’EINSTEIN-SCHWARZCHILD  vous admettez l’idée d’un astre FINALEMENT très froid  et à une température proche du zéro degré absolu ……Mais vous ne m’avez pas répondu sur l’essentiel :la phase de supernova se termine par un noyau central  de composition variable  ( si j’ai bien compris les divers types de trous noirs possibles ) ; alors si vous choisissez un candidat trou noir stellaire   de quoi se compose t-il et quelle peut être sa densité puisque vous refusez l’hypothèse de la masse réduite à un seul point de l’espace  ?

MOI : » je vais donner mon avis et ensuite SCRONGNEUGNEU  donnera le sien ; si on prend le cas  le plus simple (ni spin ni charges)  on doit atteindre ,après la phase de «  neutronisation du noyau », la densité de l’empilement maximal d’un solide   constitué  de sphères   , toutes tangentes et formées  exclusivement de neutrons. La seule énergie  qui subsiste est  celle due à l’agitation quantique ( Heisenberg) : c’est d’ailleurs pourquoi on ne peut pas atteindre 0° Kelvin …… Alors dans ces conditions ,on peut imaginer une sorte de  noyau «  matériel » pas si gigantesque , présentant un diamètre de quelques kilomètres  pour  une matière de quelques masses solaires ….la densité centrale dépassant les 3×10^15 gr/cm3 ….C’EST CELA UN CANDIDAT  TROU NOIR (  Pr LA SOTA)  OU UN PSEUDO TROU NOIR ( M . MISONY)

SCRONGNEUGNEU : « Certains cosmologistes sont allés beaucoup plus loin dans leurs prédictions .Dans le cas le plus simple ( pseudo-trou noir de SCHWARZCHILD ) et puisque les neutrons  n’exercent plus entre eux  que la seule interaction gravitationnelle ,  il deviendrait possible qu’ il se créé entre les neutrons une propriété de superfluidité ( comme celle d’un liquide  dont   plus rien ne relierait les atomes ) …..   et cela  même a l’état  aussi froid  que 10 millionième de degré Kelvin  .

MOI : « De plus  ,  PIERRE dans la mesure où ce pseudo -trou noir s’est produit  après un « lâchage »  de la réaction nucléaire  qui entretenait l’étoile,   puis après un bombardement par  l’arrivée des couches intermédiaires sur le noyau résiduel ,  on ne sait pas si la stabilité du neutron comme particule élémentaire reste assurée   dans ce noyau dense   et s’il n’est pas possible ,  comme pour les étoiles à neutrons  , que le phénomène  ne soit pas encore parfois bien   plus  compressif …..  et alors que ces sphères en empilements géants de neutrons n’éclatent comme des pastèques trop mures  et en tas   pour  se casser encore plus en gros condensats de pions , mésons, kaons   ou même quarks isolés !……

PIERRE : « On ne sait plus alors quelle sorte  de matière constituerait le noyau d’un trou noir ?

MOI : » C’est exact ! Le pouvoir  de l’imaginaire mathématique  se limite à l’étude de quelques-unes de ses propriétés  mais les conditions de sa formation  nous font sortir de notre domaine de connaissances sur l’état de la matière ….


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


000111aaa 168 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine