Magazine Politique

UMP - Fillon prend Copé de haut

Publié le 10 juillet 2012 par Aurelinfo

sans-titre-copie-13.JPG"C'est un pilote de course automobile. Quand il s'élance sur la piste, c'est à fond", lance un de ses proches pour affirmer la détermination de son champion. En ce lundi, François Fillon a délaissé sa combinaison de pilote du Mans Classic pour revêtir son costume de candidat à la présidence de l'UMP et l'étrenner dans le Loiret. Arrivé vers midi à Orléans, il enchaîne un déjeuner avec des parlementaires et ex-candidats aux législatives, une table ronde avec des militants, la visite d'une exploitation agricole et une réunion publique. Le tout guidé par un maître mot : "être à l'écoute". "On est rentré dans l'élaboration de notre projet. Nous entamons un tour des fédérations pour interroger les militants dans tous les secteurs", explique-t-il à une dizaine d'exploitants agricoles.
Consciencieux, François Fillon prend des notes dans un carnet noir qu'il garde dans la poche intérieur de sa veste. Il y griffonne les doléances de ses interlocuteurs, ses impressions. En ce jour ensoleillé de juillet, le député de Paris goûte, sans se départir de sa réserve habituelle, des joies d'une journée de campagne : il serre poliment les mains tendues, effleure les épis de blés qui plient sous le vent et admire une moissonneuse-batteuse dernier cri. Souvent, il se triture les peaux des ongles et mordille les branches de ses lunettes, seuls signes révélateurs d'un bouillonnement intérieur.
Dans les pas de Sarkozy
Tout au long de l'après-midi, François Fillon joue tantôt à ignorer son rival Jean-François Copé (qui ne s'est pas encore déclaré officiellement), tantôt à le dézinguer. Devant les militants, il prend soin de rappeler qu'il est candidat à la succession de Nicolas Sarkozy, ancien président de l'UMP, et non pas contre Jean-François Copé, qui occupe actuellement le poste de secrétaire général du parti. "Je ne suis candidat contre personne puisque le président de l'UMP, c'était Nicolas Sarkozy", répète celui qui se pose en "rassembleur" de la "famille" UMP.
Et quand l'ex-locataire de Matignon juge la machine UMP, il rend hommage au président sortant en évitant soigneusement de prononcer le nom du député-maire de Meaux. "Il faut que l'UMP continue la mutation que Nicolas Sarkozy avait enclenchée notamment en termes d'adhérents. Nicolas Sarkozy a réussi à en faire une très grande formation politique", lance-t-il. Interrogé par un militant sur ce qui le différencie de Jean-François Copé, Fillon ne répond pas frontalement. "Pour l'instant, je suis le seul candidat déclaré. Et la question n'est pas de différencier les hommes mais de faire le choix d'un équilibre qui soit le mieux à même de rassembler toutes les tendances de l'UMP", souffle-t-il. Et de mettre en avant Valérie Pecresse, Laurent Wauquiez et Éric Ciotti, une équipe qui embrasse à la fois le chiraquisme, la droite sociale et l'aile droite du parti.
"Pas d'attaques personnelles"
Mais, en filigrane de son discours, François Fillon décoche ses flèches contre Copé, faisant passer ce dernier pour un personnage agressif, diviseur et désireux de positionner davantage l'UMP à droite. "Vous ne m'entendrez jamais dire du mal de mes adversaires ou proférer des attaques personnelles. C'est ma conception personnelle de la politique, on n'a pas à se critiquer", insiste Fillon qui est régulièrement victime des salves de Jean-François Copé et de sa bonne amie Rachida Dati.
"J'entends bien le discours sur on est trop à droite ou on est trop au centre. Mais nous gagnerons seulement si nous rassemblons le plus largement possible. Mon obsession est que l'UMP ne se rétracte pas et ne se réduise pas", enchaîne-t-il. Alors que le député-maire de Meaux est féru de médias, l'élu de Paris rappelle qu'il a mené "les réformes qui lui avaient été confiées en faisant le moins de bruit possible". François Fillon, l'homme discret et solitaire, cultive donc ses différences face à un Jean-François Copé chef de bande.
Pole position
Après avoir encaissé les coups sans broncher, François Fillon semble déterminé à les rendre. "François a été suffisamment humilié par Copé. Maintenant, c'est fini", souffle l'un de ses soutiens au sein du parti. Il entend parcourir les cent fédérations UMP d'ici au 18 novembre, premier tour de l'élection. Un second déplacement est prévu dans quelques jours ou peut-être seulement la semaine prochaine. Côté pratique, l'équipe Fillon a trouvé un QG de campagne à Paris, rue Saint Dominique, où elle s'installera fin juillet.
En se mettant en piste pour prendre le parti, Fillon cherche à se placer en pole position pour la présidentielle de 2017. Valérie Pecresse, Éric Ciotti, Laurent Wauquiez et Jérôme Chartier qui l'accompagnent dans le Loiret ne disent pas autre chose en affirmant qu'il est le meilleur pour l'emporter face à Hollande en 2017. "La vraie question, c'est : qui peut nous faire gagner aux municipales de 2014 et à la présidentielle de 2017 ? Fillon est le premier opposant, le premier rassembleur, le premier défenseur du bilan de Sarkozy", assène l'ex-ministre Valérie Pecresse.

Source : Le Point


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aurelinfo 1319 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine