Magazine Politique

Mises au point pour Nabila Ben Youssef, tunisienne et humoriste québécoise

Publié le 23 mars 2008 par Algy
Suite à la lecture de cet article (ici) paru aujourd’hui dans le Quotidien Québécois Le Soleil, mon sang ne fait qu’un tour et je sens que je me dois de faire quelques mises au point :
Dès le préambule, on comprend quel type de message tendancieux, l’humoriste fait passer dans ces entrevues à la presse. Le journaliste ne se permet–il pas de comparer «la froideur sociale de son «père pays» phallocrate pour connaître la chaleur humaine de sa mère patrie d’adoption [le Québec] » ?
1ère mise au point : L’on peut critiquer la société tunisienne sur de nombreux aspects, mais considérer que la Tunisie se caractérise par une « froideur sociale » me semble injuste pour ne pas dire inepte ou carrément malhonnête. S’il est bien l’une chose que l’on remarque en Tunisie c’est l’accueil chaleureux et la traditionnelle hospitalité avec laquelle l’étranger ou le touriste est reçu. A moins que par cette expression, le journaliste ou l’humoriste, on ne sait pas trop à qui attribuer la paternité/maternité du propos n’est voulu dire totalement autre chose, mais le problème c’est que l’on ne comprend pas très bien et qu’il eut fallu expliciter avant d’utiliser une formule aussi ambiguë.
2ème mise au point : Parler de la chaleur humaine de la société d’accueil québécoise, ce n’est peut être pas totalement faux, mais il est tout de même surprenant de constater que des médecins, des ingénieurs, des doctorants éprouvent semble t’il un peu plus de mal à s’intégrer et à se faire accepter qu’une « petite comique ». N’affirme t’elle pas : « une Tunisienne comme moi peut faire carrière dans le show-business québécois mais pouvez-vous imaginer un humoriste québécois faire carrière là-bas?»
Au mieux, elle veut ignorer ou occulter totalement certaines réalités des immigrants d’ici (voir ici) qui malgré leurs efforts, n’en font manifestement pas toujours assez; au pire, elle est prête à tout pour flatter les égos chauvins… Quant à la comparaison avec l’aventure d’un humoriste québécois en Tunisie, elle est infondée. Car celle qui aime aussi à se faire appeler, l’«arabe cochonne», ne fait pas rire avec un humour typiquement tunisien qui joue plus sur la subtilité et l’ironie que sur le plaisir, certes exutoire, de se laisser aller à la grossièreté. En somme, elle utilise bien les ressorts comiques susceptibles de rencontrer le goût de son public québécois.
3ème mise au point : Mademoiselle Ben Youssef a bien compris comment fonctionne le milieu du show-bizz québécois puisqu’elle a manifestement choisi de séduire les souverainistes en déclarant vénérer le père du Parti québécois René Lévesque. Toutefois, lorsque, par humour, elle pense pouvoir le comparer à Mahomet «pour son grand amour des femmes!», une fois de plus, je constate qu’on n’a pas le même sens de l’humour et que son sens de l’analyse du politique est aussi médiocre que celui de sa réflexion religieuse. (Et pourtant, je suis de ceux et celles qui pensent et affirment qu’on peut rire de tout !)
En conclusion, la stratégie marketing de Nabila Ben Youssef qui vise tout bonnement à vendre son spectacle et à se bâtir une petite célébrité au Québec, au prix de clichés et de stéréotypes qu’elle entend pourtant dénoncer, est tout simplement déplorable. Si Nabila Ben Youssef entend devenir un porte étendard de l’égalité homme-femme en Tunisie, elle ne me semble pas choisir la meilleure voie. Les droits acquis par le statut de la femme de 1956 marquèrent une avancée considérable pour un pays musulman, il est vrai cependant que l’on se doit de rester lucide et ne permettre à quiconque de s’endormir sur des lauriers poussiéreux. Les Tunisiennes qui font avancer les choses, sont celles qui travaillent et dans leur vie quotidienne se battent pour que le respect de l’égalité homme-femme ne soit pas un vain mot, bien plus que celles qui prétendent faire tomber les murs du paternalisme en flattant l’égo de son public québécois.

Vous pouvez voir ici quelques extraits pas drôles de son spectacle : Arabe et cochonne bio.
NB : A l’origine, son spectacle s’intitulé «Musulmane et cochonne»

Retour à La Une de Logo Paperblog

LES COMMENTAIRES (1)

Par manel
posté le 07 avril à 07:51
Signaler un abus

La critique permet d'évoluer et d'amliorer Je trouve l'humoriste Nabila Ben Youssef plutot spontannée dans ses réactions avec une liberté assez mature des pensées.

A propos de l’auteur


Algy 89 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines