Magazine High tech

Do Not Track : vers une législation favorable aux internautes

Publié le 25 juillet 2012 par Brokenbird @JournalDuGeek

Souvenez vous : en février dernier, Google était pointé du doigt dans une affaire de violation de la vie privée grâce au contournement d’une règle d’utilisation des cookies au sein des navigateurs.

Rapidement baptisée « BrowserGate » par les médias, l’affaire mettait en lumière les pratiques du géant de la recherche en matière de vie privée. La firme collectait alors des données utilisateurs par le biais de sites tels que Facebook, grâce au bouton like notamment ou encore sur les sites marchands comme Amazon.

Do Not Track : vers une législation favorable aux internautes

Le but invoqué : permettre aux utilisateurs de se voir proposer de la publicité ciblée, au grand damn d’autres acteurs du marché de la publicité en ligne mais aussi des consommateurs pour qui l’opération s’avérait totalement transparente.

Microsoft était alors monté au créneau afin de faire respecter les directives W3C qui visent à empêcher ce genre de collecte, une fonctionnalité intégrée aux navigateurs Firefox de la fondation Mozilla, Safari d’Apple ou encore Opera… de la société Opera.

Plus communément appelée « Do Not Track« , ce dispositif ne fonctionne que si le site visité par l’utilisateur échange des données avec le navigateur ce qui n’est pas le cas de tous les sites actuellement accessibles sur le web. A ce jour, rares sont les sites qui supportent le mode Do Not Track bien que l’on distingue quelques grands noms du web : Twitter, AOL ou encore Yahoo!.

Do Not Track : vers une législation favorable aux internautes

Selon Reuters, le gouvernement américain pourrait très bientôt annoncer que face aux potentielles dérives de certaines sociétés, la fonction pourrait être imposée aux sites web les plus populaires.

Faute d’accord entre les défenseurs de l’anonymat sur le web, et les annonceurs qui ne clarifient pas clairement leurs intentions quant à l’utilisation des données collectées, la justice pourrait trancher en faveur des premiers.

Il faut toutefois savoir que la publicité ciblée représente un marché de plus de 15 milliards de dollars. Une décision de justice visant à encadrer (et dans le cas présent interdire) ce modèle économique pourrait gravement porter atteinte à plus ou moins long terme à l’activité des annonceurs, Google en premier lieu.

Les deux parties ont donc jusqu’à la fin de l’année afin d’établir clairement le domaine d’application de la publicité en ligne, un premier pas dans l’immense chantier de la protection de la vie privée, thème au centre de toutes les attentions depuis le début de l’année 2012.

Do Not Track : vers une législation favorable aux internautes

Source


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Brokenbird 953528 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte