Magazine Science

Régénération: la piste de l’axolotl

Publié le 24 mars 2008 par Raymond Viger
Régénération: la piste de l’axolotl

Crédit photo: g-na / FlickR.com 

Régénération: la piste de l’axolotl
Isabelle Burgun

(Agence Science-Presse) - L’axolotl tient dans le creux d’une main et vit dans l’eau douce. Cette petite salamandre mexicaine possède la fantastique capacité de régénérer la plupart de ses organes endommagés ou amputés: pattes, doigts, cristallin de l’œil jusqu’au lobe olfactif de son cerveau.

Une équipe de recherche de l’Université de Montréal vient d’élucider une partie du mystère qui permet à ce petit animal aquatique de faire repousser ses tissus et membres. Il s’agit d’un gène, le TGF ß1, qui pilote la voie de signalisation cellulaire de la régénération. «C’est le principal acteur exprimé lors de la régénération. Il s’agit d’une bonne piste pour comprendre comment cela fonctionne, et dans un futur lointain, pouvoir contrôler la régénération», avance Mathieu Lévesque, doctorant en biochimie.

Actif lors de la première phase de la régénération chez axolotl, l’importance du TGF ß1 – de la famille des TGF : transforming growth factor-beta - vient d’être démontrée dans un récent article publié sur le site de PloS ONE. Également présent chez l’homme, ce gène possède un rôle plus limité chez les mammifères comparativement aux animaux à sang froid, tel axolotl. Il s’avère utile lors de la fermeture et la cicatrisation des plaies.

Le mystère de la régénération
Lors de cette expérience, les chercheurs ont bloqué, au moyen d’un inhibiteur pharmacologique, la signalisation cellulaire permettant la régénération. Comme cet amphibien possède une peau perméable et respire en partie à travers elle, l’ingestion de cette mixture a permis d’empêcher la régénération de la patte amputée en bloquant l’expression de ce gène.

Chez l’axolotl, la régénération s’opère en deux phases, la préparation – guérison et migration de cellules qui vont se redifférencier — puis le développement qui s’apparente au développement embryonnaire avec reconstruction des organes. Sauf qu’il ne s’agit pas là de cellules souches. «Après la constitution du blastème de régénération, une sorte de bourgeon de cellules, les cellules agglomérées vont se redifférencier: les doigts se forment, la main grandit, la patte reprend son patron», explique Mathieu Lévesque.

Le processus de régénération, présent chez l’axolotl, se retrouve aussi chez le têtard capable de régénérer sa patte ou encore le poisson-zèbre, le bout de sa nageoire ou l’apex de son cœur. Un mystère qui semble familier à de nombreux invertébrés capables même de recréer des individus entiers par «morpholaxisme», telles l’étoile de mer et l’hydre. Difficile alors de ne pas être fasciné – et même un peu jaloux — par les ressources surprenantes de la nature à renaître sous l’adversité!

 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Raymond Viger 488 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte