Magazine Société

Poker : langage corporel lors d’un slowplay

Publié le 02 août 2012 par Hugues @hugues_delmas
Poker : langage corporel lors d’un slowplay L’analyse de la communication non verbale est un atout majeur dans la pratique du poker. L’analyse du langage du corps est notamment intéressante pour essayer de démasquer les mains bluffées, comme dans le cas d’un slowplay. Dans cet article vous retrouverez les indices synergologiques que nous avons observés dans un slowplay de Matt Damon, lors d’un tournoi de poker.
Après les signes de doute ("Poker : de la confiance au doute...") au poker nous allons aborder les signes non-verbaux qui montrent une autre forme de mensonge typique au poker : les cas de slowplay. Qu'est ce que le slowplay ? Quand un joueur a l'assurance d'avoir le meilleur jeu, quoiqu'il arrive (ou en tout cas, tel que les probabilités lui indiquent), ce joueur peut avoir comme stratégie de mimer la faiblesse. Ainsi, il espère piéger son adversaire : celui-ci va croire que la main adversaire est faible, et va donc miser pour tenter de remporter la main. C'est à la fin que le slowplayer ramasse généralement une mise très confortable. Pour étudier ce type de main, nous vous invitons à regarder cette vidéo, où l'on voit évoluer l'acteur Matt Damon :

Notons que Matt Damon est très respecté dans le milieu du poker pour avoir tourné l'un des meilleurs films sur le sujet : Les joueurs, avec entres autres John Malkovitch et Edward Norton. En regardant cette vidéo sans vous attacher aux cartes, vous auriez tendance à dire, juste avec son langage corporel, qu'il montre de la faiblesse, notamment avec ses mouvements de bouche. Pourtant, des items nous montrent qu'il n'en est rien, et qu'au contraire, il montre inconsciemment de la force !
Dès l'entrée du flop (t=0,45min), Matt Damon a la certitude de gagner : il a déjà un full, une main très puissante. Il va chercher à piéger ses adversaires en essayant de mimer la faiblesse, et en suivant toutes les relances qu'il va subir en montrant de la réticence. Pourtant, en prêtant attention à son langage corporel nous pouvons nous apercevoir qu'il est dans une attitude que l'on appelle en Synergologie de « spectaculaire » : la personne sait qu’elle est observée, et va montrer, ici par l’exagération, ses expressions à tout le monde.
Tout d'abord, Matt Damon croise les bras à partir de t=0,48min (voir photo ci dessous). Il a été observé qu'un joueur de poker avait tendance à croiser les bras en cas de mains gagnantes, mais aussi en cas de mains bluffées (Ristat, 2012). Un joueur croiserait donc les bras pour « protéger sa main », qu'elle soit forte ou au contraire « menti ». Cependant, ce seul item ne peut être considéré comme une preuve absolue de la force de sa main.
Poker : langage corporel lors d’un slowplay
Nous constatons aussi que la fréquence des battements de paupières est plutôt faible. Un joueur de poker, en cas de main faible, va battre des paupières beaucoup plus rapidement des paupières (Ristat, 2012). Alors qu'il est relancé à t=1,20min, comme l'espère tout slowplayer, Matt Damon fait une moue et un mouvement de langue particuliers (voir les photos ci dessous) :
Poker : langage corporel lors d’un slowplay
Le mouvement de langue est ce qu'on appelle une « langue de délectation » : c'est une réaction que l'on observe lorsqu’une personne est fière de son action ou de sa pique verbale (Turchet, 2009). Cette réaction est plutôt incongrue pour un cas de main perdante, en effet nous pouvons penser que Matt Damon se « délecte » de sa fausse faiblesse et du fait qu’il est relancé. Il répétera d'ailleurs ce mouvement quelques secondes plus tard à t=1,40min :
Poker : langage corporel lors d’un slowplay
Mais qu'est ce qui permet de finaliser notre analyse et de conclure sur le fait qu’il fasse semblant d'avoir une main faible ? Ce que le commentateur appelle « mauvais jeu d'acteur », nous pourrions le comparer au caractère « spectaculaire » : les réactions de doutes et de faiblesses sont bien trop prononcées (comme la moue à t=1,20min), aussi bien dans l'intensité que dans la durée. Cependant un autre indice apporte davantage d’informations c’est l’absence de congruence entre son comportement non verbal et son comportement vis-à-vis des relances. En effet, un joueur de poker aurait tendance, dans le cas d'une démonstration d'émotions de ce style, à coucher sa main : ainsi en ne se couchant pas il apporte énormément d'information à son adversaire. Cependant, l'attitude de Damon est autre : il montre énormément de faiblesses pour, tout compte fait, payer son adversaire. Cela à d'ailleurs mis la puce à l'oreille de ce dernier, qui ne tombera pas dans le piège quelques secondes plus tard. Les plus grands joueurs de poker ont sans doute appris, de manière inconsciente, à reconnaître les slowplayers.
Pour d’autres articles sur la communication non verbale au poker : Poker
Références :
• Ristat. (2012). Les items synergologiques au poker. Rapport de synergologie 2012. • Turchet. (2009). Le langage universel du corps. Editions de l’homme.
Article publié par Xavier Ristat, Synergologue. Retrouvez aussi Xavier sur son site Cygnification.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Hugues 2212 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine