Magazine

Pas le moment de baisser les taux pour la BCE

Publié le 25 mars 2008 par Edgar @edgarpoe
Je renoue le temps d'un billet avec mes anciennes amours, l'économie monétaire (personne n'est parfait, et c'était il y a très longtemps, j'ai tout oublié). Mais il me semble qu'au moment où la réserve fédérale américaine multiplie les interventions pour assurer la stabilité du système financier américain, validant l'idée qu'il y a le feu au lac, il est bon que la BCE ne fasse pas de même. Ce serait là signaler que la déroute est mondiale. Pour le moment, le Wall Street Journal estime ainsi que l'Europe est épargnée par la panique bancaire. Pour autant, ce n'est pas une validation de la politique monétaire de la BCE. D'une part, on peut estimer que la BCE a trop privilégié la stabilité monétaire au détriment d'objectifs de croissance - les seules réformes dites structurelles étant chargées de créer de l'emploi. Plus fondamentalement, le sens de la création de l'euro, s'il y en a un, est bien de faire contrepoids au dollar. Pour obtenir quoi ? Que signifie équilibrer le rôle du dollar dans le système monétaire et financier international ? Cela veut dire que l'on incite les autorités américaines à ne pas abuser du privilège que leur confère le rôle de monnaie de réserve du dollar. Donc, par exemple, à ne pas maintenir des déficits abyssaux pendant plusieurs années. Pendant que la BCE et son aréopage conservateur se focalisaient sur la paille de la gestion française, pas un mot sur la poutre des déficits américains. Peut être la BCE attend-elle avec impatience que les Etats-Unis soient en faillite et que le dollar s'effondre pour claironner qu'elle l'avait bien dit qu'il fallait une gestion rigoureuse. Reste que si l'on en arrive là l'euro sera peut-être en train de se promener quelque part dans les 2,20 dollars... Et la BCE aura un énorme problème à gérer dont il faudra bien qu'elle se sorte. Qu'elle propose donc un système multilatéral de surveillance des parités de change, un SME international, et elle aura fait un grand pas vers une justification de l'euro. Rien ne sert d'avoir en zone euro un système géré comme un métronome suisse s'il s'insère dans une jungle où tous les coups sont permis. Faute de réguler cette jungle l'euro est voué à l'échec à court/moyen terme...

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Edgar 4429 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte