Magazine

Les évêques de France et le respect de la vie

Publié le 25 mars 2008 par Micheljanva

Le Cardinal Vingt-Trois est interrogé dans Pèlerin :

"Tout le monde sait déjà ce que pensent les évêques sur des sujets comme la protection de l’embryon ou des personnes en fin de vie. Un groupe de travail a même été constitué au sein de notre conférence, dont les premiers résultats nous seront communiqués à Lourdes, début avril. Quel est notre but, là encore ? Aider les évêques à dialoguer avec les parlementaires de leurs diocèses. Les élus sont confrontés à des questions si nombreuses et complexes qu’ils ne peuvent pas les maîtriser toutes. Si les évêques peuvent les aider à une réflexion plus large, dégagée de la pression ambiante, cela peut faire avancer le bien commun.

Vous avez tout de même réclamé, à plusieurs reprises, que l’embryon soit « traité comme une personne » sans pour autant remettre en cause la loi dépénalisant l’IVG. Est-ce vraiment compatible ?

Ce n’est pas moi qui ai demandé que l’avortement soit dépénalisé... Cela relève de la responsabilité du législateur. En attendant, comme dans toutes les situations que nous ne maîtrisons pas, nous demandons que le principe de précaution si souvent invoqué soit appliqué et donc que l’embryon soit protégé par un statut juridique. Si je veux faire progresser la manière de traiter l’embryon, je ne pense pas que le déclenchement d’une nouvelle guerre à propos de la loi de 1975 soit la meilleure formule.

Concernant l’euthanasie, une partie de l’opinion, y compris des chrétiens, reprochent à l’Église son manque de compassion vis-à-vis des souffrances de tel ou tel relayées par les médias. Que leur répondez-vous ?

Ne nous laissons pas enfermer par l’émotion qu’engendre la médiatisation de drames individuels. La question n’est pas de désigner qui, dans ces situations, a tort ou raison, mais de savoir quelle société nous voulons. Les facultés de médecine doivent-elles enseigner à leurs étudiants des techniques de mise à mort de leurs futurs patients ? Les enfants sont-ils des objets de satisfaction que l’on peut se procurer à n’importe quel prix ? Voulons-nous, au fond, une société marchande privilégiant le désir sur toutes les autres considérations ? Il n’y aurait alors plus d’espace pour la raison. Au nom de cette dernière, évitons de légiférer à partir de situations particulières et sachons mettre en œuvre les solidarités nécessaires pour que ces personnes qui souffrent soient accompagnées dans la proximité."

Michel Janva


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Micheljanva 645 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte