Magazine Médias

Pour Merkel, le pouvoir ou l'euro

Publié le 12 août 2012 par Copeau @Contrepoints

Die Welt affirme que Merkel ne peut pas sauver sa coalition au pouvoir et l'euro ; une courte majorité d'Allemands dit préférer un retour au Deutsche Mark ; les appels à un référendum sur l'ieuropéenne se multiplient de toutes parts. La chancelière prépare-t-elle le démantèlement ordonné de l'euro ?

De Richard North, en Angleterre.

Pour Merkel, le pouvoir ou l'euro

Angela Merkel

Si affirmer que l'Allemagne détient les clés de la crise de l'euro, c'est enfoncer de satanées portes ouvertes, ça vaut la peine de le réïtérer de temps en temps, car il est de plus en plus évident que les évènements en Allemagne vont avoir un effet crucial sur le futur du projet.

Et, selon Die Welt, les tensions s'accumulent jusqu'à un niveau intolérable, le journal disant que Merkel va devoir choisir entre garder sa coalition en état de marche, et sauver l'euro. Elle ne va pas pouvoir faire les deux.

Avec l'UE désormais surnomée, péjorativement, "l'union du passif", il n'est pas clair comment Merkel peut convaincre ses troupes d'approuver son programme de sauvetage. Chaque million supplémentaire qui s'envole vers Athènes réduit la crédibilité de son parti centriste.

Hanselblatt dit fondamentalement la même chose, même si, assez étrangement, ceci n'est rien de nouveau dans la politique allemande. Nous écrivions en des termes similaires en mai 2004, ce qui montre qu'il n'y a rien de nouveau sous le soleil.

Ce qui est nouveau, cependant, c'est qu'on parle d'un référendum sur l'UE en Allemagne. Possibilité soulevée en juin par Schäuble (le ministre des finances de Merkel, NdT) dans une interview au Spiegel, et ensuite par d'autres, nous tombons enfin sur Reuters qui rapporte que le soutien monte pour un référendum sur plus d'intégration européenne.

Plus tôt dans la semaine, le chef de l'opposition sociale-démocrate (SPD), Sigmar Gabriel, a endossé l'idée. Et le dernier politicien en date à reprendre cet appel est Horst Seehofer, le chef de la Christlich-Soziale Union bavaroise (CSU), le parti frère des Chrétiens Démocrates (CDU) de Merkel. Il dit que les Allemands ordinaires devraient être plus consultés sur les grandes décisions européennes, mettant l'accent sur le fait que l'UE ne peut pas rester "un projet de l'élite".

Der Spiegel, qui a lancé le "meme" du référendum en juin, en évalue maintenant les chances, citant aussi The Economist, qui offre un article trivial, soutenu par édito qui affirme que "pour autant qu'on sache, Angela Merkel est, en ce moment même, en train de contempler comment démanteler l'euro."

La Grèce se serre la ceinture, dit-il, le gros de l'Europe du Sud souffre aussi, alors que les pays créditeurs du Nord les excusent de moins en moins : dans un sondage récent, une courte majorité d'Allemands se sont dits en faveur de ramener le Deutsche Mark. Une désintégration chaotique serait une calamité. Tandis que Mme Merkel lutte pour trouver une solution, ses aides de camps sont probalement aussi, raisonnablement, en train de concevoir un plan pour se préparer au pire.

Comme d'habitude, cependant, la compréhension de la politique européenne est maigre, et le rôle des institutions de l'UE sous-estimé. Et, tandis que les politiciens allemands vont sans doute jouer un rôle crucial dans le destin de l'UE sur le court terme, ce que nous avons nous même reconnu en introduction, les types du style Barroso et Van Rompuy n'ont pas encore dévoilé leur jeu.

Cependant, dans un évènement qui a des résonnances politiques intéressantes, le 25 juillet dernier, Merkel a ouvert le Festival de Bayreuth, la fête annuelle de Wagner, qui a offert un théâtre aussi saisissant que celui qui vient avec la chute de la Grèce.

Un autre notable qui a assisté à ce festival à l'aube d'un grand évènement est Adolf Hitler. Le 23 juillet 1940, juste au moment où la bataille d'Angleterre était en train de se déployer, il a assisté à une représentation de Götterdammerung, la toute dernière fois qu'il ait jamais vu du Wagner sur scène.

Son ami d'enfance Augustus Kubizek, se rappelait le chancelier lui disant "je suis toujours emmêlé dans la guerre. Mais j'espère qu'elle ne durera plus longtemps, et qu'ensuite je serai en mesure de bâtir à nouveau, et d'accomplir ce qui reste à l'être".

Cette année, Merkel pourrait avoir pensé à peu près la même chose, avec la longue guerre pour l'Union européenne qui interfère une fois de plus avec les plans du chef. Les choses vont, et les choses viennent. Le chancelier actuel, politiquement du moins, pourrait ne pas survivre à cette expérience non plus.

----

Sur le web.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Copeau 583999 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte