Magazine Internet

La changeosphère

Publié le 25 mars 2008 par Marc Traverson

Crédit photo: David Reece / FlickR 

J'ai trouvé ce néologisme sous la plume de Robert Scoble, alias Scobleizer, une star dans son genre (son blog est l'un des plus visités au monde). C'est amusant, parce que le mot fonctionne presque aussi bien en français. Peu importe d'ailleurs ce dont il est question dans son billet, et qui n'a pas grand chose à voir avec ce qu'il m'inspire. La changeosphère, c'est par exemple l'accélération permanente de la sortie des nouveautés technologiques. Tous ces outils de communication (l'oscar de la plus forte croissance du moment revient à friendfeed) ne vont-ils pas finir par nous faire tourner en bourrique ? Peut-on se passer de créer un profil Facebook ou de tenir un blog si l'on a besoin d'élargir le cercle de ses relations professionnelles ? Et demain, quoi encore ? car le nouveau d'aujourd'hui est le ringard de demain, ou même de ce soir.

Changement_2

On peut être fasciné, et je le suis souvent, par l'ingéniosité dont font preuve les développeurs et les créateurs de nouvelles plate-forme de communication. On peut s'interroger sur cet éternel dilemme, lorsque l'on parle de technologies : la poule ou l'oeuf. Est-ce le nouvel outil qui façonne de nouvelles façons de communiquer ? Ou bien faut-il créditer leurs inventeurs d'avoir su "capturer" des pratiques sociales émergentes, quelque chose qui était dans l'air, pour les cristalliser dans un logiciel ? Le développement des relations en réseau, est-ce une conséquence de la création d'Internet, ou bien Internet a-t-il surgi justement parce que des informaticiens, influencés par de nouveaux usages sociaux et la contestation des hiérarchies traditionnelles en vogue dans les années soixante-dix, ont été conduits à imaginer un maillage dont chaque noeud pouvait potentiellement devenir un centre ?

Les outils informatiques qui supportent aujourd'hui une partie de nos interactions sont la preuve d'un foisonnement d'intelligence, d'une ébullition stimulante, du dynamisme des entrepreneurs à la recherche de la "killer app". Mais on pourrait aussi, j'en conviens, rester devant cela fascinés comme Mowgli par le serpent Kaa. L'essentiel demeure la relation entre les humains que nous sommes. Que des outils nous aident à nous rapprocher, à nous rencontrer, à identifier des personnes avec lesquelles nous avons des points communs, et que nous n'aurions pu rencontrer autrement, c'est un fait. Mais les machines nous serviraient seulement d'alibi si nous devions nous en servir pour mettre en écran entre nous et le monde. Si une image de soi trop lisse et polie devait remplacer le seul facteur réel de changement : la confrontation avec l'autre, les autres. L'altérité, tel est le vrai moteur d'un changement qui ne serait pas que de façade.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Marc Traverson 603 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines