Magazine Société

Le Tibet coupé du monde

Publié le 25 mars 2008 par Tibetip

Article du 18 mars paru sur La Presse (quotidien montréalais), écrit par Agnès Gruda

Black-out total sur le Tibet

Au moment où il tentait de décrocher les Jeux 2008, le Comité olympique chinois a assuré que les médias internationaux qui viendraient couvrir cet événement jouiraient d’une « complète liberté. »

   À cinq mois de l’ouverture des Jeux, la Chine vient plutôt de décréter le black-out total sur le Tibet. Et alors que des manifestations pro-tibétaines se multiplient partout sur la planète, cette province de la Chine se trouve de plus en plus coupée du monde.
    Les permis nécessaires pour pouvoir entrer au Tibet ne sont plus accordés depuis les manifestations qui ont embrasé Lhassa, la capitale tibétaine, la semaine dernière.
   Une dizaine de journalistes de Hong-Kong ont été expulsés du Tibet hier. De nombreux journalistes qui ont tenté de se rendre dans les provinces de Sichuan et de Gansu se sont fait renvoyer par la police. Ces provinces voisines du Tibet abritent une importante minorité tibétaine. Les protestations qui y ont eu lieu au cours des derniers jours ont été réprimées par la police – et on y compterait même des morts.
   Un journaliste du Guardian raconte comment il a été arrêté à un poste de péage, samedi soir, alors qu’il tentait de rejoindre la ville de Xiahe, dans la province de Gansu, qui a été le théâtre de plusieurs manifestations contre le gouvernement chinois. Hier, il a voulu se rendre dans le village de Hongiya, où le leader spirituel tibétain, le dalaï-lama, a vu le jour. Là encore, la police l’a refoulé.
   Le seul journaliste occidental à se trouver officiellement à Lhassa est un correspondant du magazine britannique The Economist. Dans un article posté sur le site internet de l’hebdomadaire, il raconte comment il a été arrêté alors qu’il tentait de visiter l’un des temples bouddhiques où des protestations ont eu lieu, la semaine dernière. Plus tard, des représentants du gouvernement lui ont rendu visite à son hôtel, lui conseillant de ne pas quitter les lieux, « pour sa propre sécurité ».
   Les autorités chinoises ont aussi imposé des restrictions sur l’internet, bloquant l’accès à YouTube où des Tibétains auraient pu poster des images captées pendant les derniers jours. Résultat : les informations qui filtrent au compte-gouttes depuis Lhassa sont forcément difficiles à vérifier.
État de siège
   Le bilan des affrontements entre les protestataires tibétains et les forces de l’ordre chinoises, vendredi, reste contradictoire : 13 civils ont été victimes des manifestants, selon Pékin, au moins 80 manifestants tués par la police, selon le gouvernement tibétain en exil.
  Alors que l’on comptait de nouvelles manifestations de soutien, hier, entre autres à Pékin et à New York, des forces de l’ordre lourdement armées ont imposé leur loi dans les rues de Lhassa, selon le correspondant de l’Economist.
   Pour la première fois hier, les habitants de la capitale ont pu reprendre leurs activités normales, sous une forte surveillance non seulement policière, mais aussi celle de l’armée, précise-t-il.
   Le gouvernement chinois a sommé ceux qui ont pris part aux protestations de se rendre à la police avant midi, heure de Montréal, hier. À Lhassa, cet ultimatum fait craindre une vague d’arrestations arbitraires. Des témoins cités par The Economist rapportent que la police a déjà commencé à ratisser les maisons à la recherche de protestataires.

« On peut s’attendre désormais à une véritable purge, une chasse aux sorcières », prédit Robert Barnett, spécialiste du Tibet qui enseigne à l’Université Columbia, à New York. « Il y aura maintenant une longue période d’intimidation, toute personne privée de permis de séjour à une adresse particulière s’expose à être chassée ou arrêtée. Quant aux moines bouddhistes qui ont mené les protestations, ils risquent d’être forcés de suivre des séances d’éducation politique », prévoit-il.

La Presse

Avec AFP, The Economist, The Guardian, BBC.

Article dans son contexte

Tibet Infos Presse - www.iblogyou.fr/tibetip


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Tibetip Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine