Magazine Société

Pour la libération d’Ingrid Betancourt

Publié le 25 mars 2008 par Yvon Albert

Une première sur ce blogue. J’ai reçu par courriel la demande de publier un texte d’opinion sur l’actualité et un autre texte style témoignage (à paraître). Je ne connais pas la personne, mais je trouve l’idée intéressante. Je rappelle que les dires sont sous l’entière responsabilité de la dame en question et j’ai coupé un peu le texte pour garder l’esprit du blogue, c’est-à-dire des textes d’une page et demie maximum. Sur ce, je me tais et je vous partage son opinion.

MERCI DE LIBÉRER MADAME INGRID BETANCOURT
Comme bien des personnes dans le monde entier, je suis très touchée par le triste sort, vécu par Ingrid Betancourt, franco-Colombienne, retenue en otage depuis 6 ans, par la guérilla des FARC. Sans oublier les 3,000 autres personnes, inconnues de tous et retenues aussi prisonnières, dans les forêts de la Colombie. Ce bref message personnel d'une simple citoyenne du Québec n'a aucune connotation religieuse ou politique, mais plutôt humanitaire. C’est réellement un message, un voeu ou une prière, écrite avec mon cœur d’enfant; derrière la femme de 51 ans.
À travers ce courriel, je viens ajouter mon message, à celui de millions de demandes, de divers personnes ou groupes, pour que soit libérée le plus rapidement possible, Madame Ingrid Betancourt.
C’était tellement touchant, d'écouter les nouvelles à la télévision, en soirée du 7 mars 2008, et d’entendre le touchant message de son grand garçon, vous supplier humblement, de redonner la liberté à sa mère.
Cette année, j’ai eu la chance de connaître quatre familles immigrantes, de la Colombie; et venus s'installer près de chez moi, dans ma superbe ville natale : Saint Georges de Beauce, Province de Québec, Canada. Pendant deux mois, j’ai eu l’occasion d'héberger une personne immigrante, arrivant directement de la Colombie. Ce fut une expérience enrichissante, qui restera toujours gravée dans mon coeur. Je suis émue de constater, le courage et la ténacité de ces personnes, qui arrivent chez nous, les mains vides, mais le coeur ouvert sur le monde. Plus que tous au monde, ces immigrants désirent sincèrement approfondir la langue française, pour se trouver des emplois, selon leurs compétences et expériences. Les personnes dont j’ai eu la chance de connaîtrent n'hésitent pas à occuper temporairement un emploi moins rémunéré et plaisant; au lieu de demander l'assistance sociale. Je suis étonnée de voir, comment ces nouveaux arrivants sont avant tout, des hommes, des femmes et des enfants, de coeurs, vraiment respectueux, joyeux et charitables, au-delà de leurs adversités. Ils n'hésitent pas à m'offrir leur bras, afin que je ne tombe pas sur la glace. Ils m'offrent souvent d'aller porter mes vidanges, lors des tempêtes de neige. Ils me confient avec beaucoup de joies, leurs moeurs et coutumes, de leur pays d'origine : la Colombie.
C’est avec émotion que je viens ajouter mes sincères pensées fraternelles, et de sympathies, à Ingrid Betancourt, ainsi qu'aux membres de sa famille et de ses amis (es); pour qui je ressens une profonde affection, sans même la connaître. Possiblement est-ce aussi, parce que je suis quelque part, prisonnière de mon corps physique, comme tant de personnes vivant de la douleur chronique ou des limitations physiques et handicaps ! Grâce aux riches échanges amicaux avec mes voisins de la Colombie, il a été plus facile pour moi, d'ouvrir mon cœur, au sort touchant de cette femme pris en otage, par la Guérilla des FARC, en Colombie.
J'espère avoir l'occasion d'entendre un jour, le témoignage émouvant et réaliste d'Ingrid Betancourt, ainsi que celui de ses proches; qui n'hésiteraient sûrement pas à nous livrer un message d'espoir et de courage. Toutes les personnes impliquées dans cet enlèvement auraient l’occasion par la suite, de livrer d’étonnants messages humanitaires. Imaginez comme ce serait révélateur pour tous : de découvrir ces choses si inconnues et étrangères, pour la population en général. Des interrogations, des ignorances, des préjugés, ainsi que tant de sujets nouveaux, heureux ou malheureux, finiraient par me quitter légèrement; ainsi que des millions de personnes, à travers le monde entier. Nous sommes tous quelque part, concernés par ces tristes évènements. Par exemple : pourquoi Ingrid Betancourt, ne faisait pas partie de la libération des trois otages, il n'y a pas très longtemps? Pourquoi, autant de personnes des FARC, furent-elles assassinées, à froid et sans aucune procédure judiciaire?
Patricia Turcotte © le 25 mars 2008 à Saint-Georges de Beauce (Québec)

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Yvon Albert 58 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine