Magazine Poésie

Le village interdit

Par Arielle

st genes

   Lorsque j’ai mis les pieds dans ce village

   J’ai été saisie d’effroi, j’étais un autre moi

   Il est des lieux étranges et selon l’adage

   Des vies antérieures marquant nos pas

   Plus j’abordais les étroites petites ruelles

   Et plus je frissonnais, sentant le danger

   Qu’ai-je donc vécu en cet endroit cruel

   Mon sang se glace, j’étais comme paralysée

   Je voulais me rafraîchir près du lavoir fleuri

   M’asseoir sur le banc de pierre mais le marbre

   M’appelait, le pistil était empoisonné. Au fil

   De mes angoisses, j’entendais le son des sabres

   Le clocher était muet, sourd à mes prières

   Deux petites filles aux visages d’anges

   Me souriaient. Etaient-elles fées ou sorcières

   J’ignore d’où venaient ces tendres mésanges

   Certainement messagères d’un passé douloureux

   A cœurs vaillants en armures scintillantes

   Peut-être m’étais-je abandonnée, fougueuse

   Les rires d’enfants me mirent en pénitence.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Arielle 5596 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines