Magazine Politique

Le collégien et le financier

Publié le 25 août 2012 par Egea

Petite fable sur les taux, par BQ que je remercie...

Le collégien et le financier
source

Cette semaine, après une matinée sur "Les dessous de la crise" dans sa classe, un collégien d'été s'approche de l'intervenant, spécialiste des marchés financiers.

  • - "M'sieur, nous allons connaître un avenir difficile, avec toutes les dettes de notre Etat, hein?"
  • - "Oui mon garçon, les intérêts et les capitaux à rembourser sont astronomiques"
  • - "J'entends à la TV que les taux d'intérêt n'ont jamais été aussi bas pour la France; ils disent aussi que la courbe des taux a une pente très faible, du court terme au long terme"
  • -" Exact. Je constate que tu t'informes bien, tu réussiras certainement dans les études"
  • - "Ils disent aussi que le prix des obligations évolue en sens inverse du niveau des taux du moment"
  • - "Tu envisages de travailler plus tard dans la finance de marché?. Cela ne fait pourtant plus rêver les jeunes de ton âge!"
  • - "Je me demande pourquoi l'Etat ne rachète pas des dettes de maturité égales ou inférieures à 10 ans; aux prix actuels, il gagnerait beaucoup d'argent, si bien sûr en échange il mettait en circulation des obligations d'échéances bien plus longues. Il remettrait à plus tard les échéances de remboursement final, et aurait plus de temps pour pouvoir régler les problèmes. A la maison, Papa et Maman font cela avec les banques pour leurs crédits, ils appellent même cela "restructuration positive""
  • - "Oui, c'est vrai. Mais, enfin quand même, cela reporterait les problèmes sur les générations comme les tiennes!"
  • - "Ils nous parlent aussi dans les journaux d'une, voire de deux décennies perdues. Si on ne peut pas passer ce cap, nos générations pourront encore moins aller mieux plus tard! En cours d'histoire -j'en ai encore au collège- et de biologie, ils nous disent que les saignées successives pratiquées à l'époque pour soigner, cela finissait mal en général"
  • - "Heuh, ça marche bien pour tes parents le rééchelonnement de leurs emprunts?"
  • - "Ben oui. Alors pourquoi l'Etat chez nous ne fait pas la même chose?"
  • - "En fait, je dois....y aller. Continue à bien étudier mon garçon, et concentre toi sur les exercises du programme de cette année!"

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Egea 3534 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines