Magazine Société

The Sarah Connor chronicles

Publié le 25 mars 2008 par Sof
The Sarah Connor chronicles   Je viens de visionner le premier épisode de la série TV destinée à faire la jointure entre Terminator 2 et 3, avant la seconde trilogie à venir dans l'univers créé par James Camerone.
   Pour rappel, Terminator 1 n'était que le brouillon du chef d'oeuvre de la Science Fiction récente qu'est "Terminator 2: le Jugement dernier", sorti en 1992 et disposant encore aujourd'hui de toute sa force visuelle et thématique. La franchise s'arrêta là suite à la faillite des prolifiques producteurs Mario Kassar et Andrew Vajna (responsables de nombres des plus gros films d'action et de SF des années 80 et 90) au sein de leur société Carolco. L'improbable se produisit lorsque sortit au début des années 2000 un Terminator 3 avec un Schwarzenegger vieillissant et toujours produit par les deux sbires du cinéma d'action. Si la mise en scène y reste modeste (de même que le charisme des acteurs (casting entièrement renouvelé)), le scénario, particulièrement pessimiste, est un réel aboutissement de l'histoire que l'on n'attendait pas dans ce genre de production généralement formatée.
   Les droits du produit sont depuis passés en d'autres mains, Camerons lui-même n'ayant semble-t'il plus grand chose à voir avec la franchise. Et une nouvelle fois, ce qui n'aurait du être au départ qu'une série de SF série B risque de gravir encore un échelon en qualité lorsque l'on apprend que MC G (Charlie's Angels) reprends la réalisation d'une nouvelle trilogie, sans Schwarzenegger mais avec Christian Bale dans le rôle de John Connor adulte, dirigeant la résistance humaine face aux machines.  L'épisode 3 ayant mis en scène les débuts de l'apocalypse nucléaire annoncé, c'est bien pendant la guerre des machines que prendra lieu cette trilogie cinéma...
   Pour faire la jointure entre Terminator 2 et 3, une série TV courte est mise en place: the sarah connor chronicles... Et force est de constater que cet épisode Pilote, loin d'allécher le spectateur, ressemble à une grosse pétoire sans moyens, rassemblant le plus caricatural de la franchise, à savoir du fritage XL entre deux robots et course poursuites. sans fin Si les films sont parvenus à déjouer les pièges, la série risque d'y tomber tête baissée. On s'attend à une dizaine d'épisodes aves fusillade, nouveau Terminator et  fuite. Ce qui aurait pu être un enrichissement fondamental d'une mythologie encore à développer risque apparemment de n'être qu'une déclinaison cheap en attendant les grosses sorties cinéma à venir. Le destin d'un thème basique si l'on ne veut pas prendre le risque de trop vite détailler son histoire... Dommage.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sof 137 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine