Magazine Sport

Evian ralentit l’OL

Publié le 25 août 2012 par Ptimek

En match d’ouverture de la 3e journée de Ligue 1, l’Olympique Lyonnais a été accroché sur la pelouse d’Evian TG (1-1), ce vendredi soir. Après deux succès de rang face à Rennes et Troyes, les hommes de Rémi Garde ont perdu les deux premiers points de la saison. Sans conséquences.

Alors qu’il a fait l’objet de nombreuses critiques de la part de son président Jean-Michel Aulas voilà plusieurs semaines, Michel Bastos, le milieu de terrain de l’OL, a sauvé son club de la défaite vendredi soir. Menés au score par des Evianais sans complexe, les Gones ont limité la casse grâce à leur Brésilien, auteur d’un sublime coup-franc surpuissant en seconde période. Peu après son entrée en jeu, Bastos allumait littéralement le portier savoyard  d’une frappe terrible des 25 mètres. Alors que l’attaque lyonnaise n’avait rien montré depuis le début de la rencontre malgré la présence d’un quatuor de choix sur le rectangle vert composé de Briand, Lacazette, Gomis et Lisandro Lopez, voilà que Michel Bastos, pressenti pour rejoindre les Emirats Arabes Unis cet été, s’est mué en saveur des Gones.

Devant, ça coince…

Après une première période d’un ennui terrible durant laquelle les 22 acteurs n’ont rien montré de tranchant pour prendre l’ascendant sur leurs adversaires, ce sont les locaux qui vont trouver la faille en premier en ouvrant le score par l’intermédiaire de Cédric Barbosa, d’un enchaînement contrôle poitrine-demi-volée de toute beauté. Tranchantes, les montées de Brice Dja Djédjé et les accélérations de Yannick Sagbo et Ali M’Madi auraient même pu coûter plus cher à l’OL.

Si Lyon ne propose pas un jeu des plus séduisants en rapport avec ses heures de gloire, le club président par Jean-Michel Aulas peut au moins s’appuyer sur des valeurs morales. La motivation de ses troupes paraît sans faille, ce qui pourrait bien s’avérer déterminant par la suite. Avec ce point du match nul, Lyon freine mais ne s’arrête pas. Deux victoires et un nul après trois rencontres de Ligue 1, voilà un ratio qui ferait pâlir plus d’une équipe. Et Lyon ne peut que s’en satisfaire. « C’est un bon point » a avancé Rémi Garde. Logique.

Digg Digg

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ptimek 819 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine