Magazine

Banques

Publié le 25 mars 2008 par Jfa

Nous avons subi en France les frasques du Crédit Lyonnais qui ont coûté cher aux poches des contribuables au début des années 90. Encore était-il nationalisé, ce qui peut le justifier et relativise l’efficacité du pilotage public des banques.

Aux USA, le gouvernement, pour sauver les banques de leurs hasardeuses spéculations des titres pourris des subprimes, envisage maintenant sérieusement de racheter l’ensemble de ces titres, afin de libérer ces institutions privées d’un poids risquant de provoquer une tempête financière mondiale. Le cout serait une bagatelle de 3 000 milliards de dollars dont 500 milliards à la charge du contribuable américain. Mais, comme le dit Le Monde : “Il faudrait justifier auprès de l’opinion l’utilisation d’argent public pour sauver des banques ayant pris des risques inconsidérés”.

Il est fortement encouragé dans cette démarche par le Ministre japonais des finances qui cite, à l’appui de cette solution, ce qu’avait fait le Japon au début des années 90, faisant financer par le contribuable les énormes pertes des banques japonaises dûes, déjà, à leur attrait pour la spéculation immobilière.

En Angleterre, on a vu comment le gouvernement “de gauche” a récemment nationalisé une banque plombée elle aussi par les subprimes.

Privatiser les profits, au profit exclusif des plus riches et socialiser les pertes sur le dos de l’ensemble des contribuables..! Et là, on n’entend plus aucun libéral pur jus hurler contre de telles pratiques. Ce qui prouve bien que le libéralisme économique actuel, qu’il ne faut pas confondre avec l’acceptation d’un marché socialement régulé, n’est qu’une idéologie, diffusée à l’envie dans tous les médias, afin de faciliter les “réformes” sarkoziennes au bénéfice du Medef.

Reste que la perspective d’une crise financière du type de celle des années 30 n’est pas non plus à souhaiter et que, si l’opération s’avèrait indispensable, les contribuables seraient en droit d’exiger, que les banques et leurs actionnaires soient tenus de rembourser intégralement le fardeau mis à la charge du contribuable une fois leurs bilans assainis.

Sur un tout autre point, j’apprécie depuis longtemps la revue de géo-politique Hérodote , lancée par Yves Lacoste. Peu d’articles en sont hélas disponibles en ligne. Parmi ceux-ci, je vous recommande celui sur “Les tourments du tourisme sur l’Ile de Beauté”.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jfa 25 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte