Magazine Info Locale

La vie quand tout manque

Publié le 27 août 2012 par Emilieh

La République Dominicaine est connue pour ses plages de sable fin, bordées de palmiers et des hôtels de luxe pour touristes venant se délacer avec un package "tout inclus".

Il est vrai que c'est une ile magnifique, à la vegetations et aux paysages variés, avec une population charmante.
Malheureusement, ce n'est pas que ça.


La semaine passé, un  quotidien national à diffusion gratuite a publié sur internet un repartage "la vida cuando falta todo" (la vie quand tout manque).

Un reportage photo agrémenté d'éxplications, dans des quartiers de Saint Domingue au bord du fleuve Ozama.
Au programme: dénutrition, analphabétisme, pas de papiers, chômage, déficit de logements, déchets, pollution, grossesses précoces, anciens abandonnés élevant leurs petits enfants.

Je vous mets ici quelques photos, mais je vous invite à aller les regarder directement sur la page web du journal, Diario Libre, ici.

la vida cuando falta todo 1

la vida cuando falta todo 2

la vida cuando falta todo 3

la vida cuando falta todo 4

Si vous lisez l'espagnol, vous pourrez lire vous même l'histoire de ces familles.
Sinon, voici quelques détails contenus dans cet article:

- en 2011, 9% de pauvreté extrême, 33% de pauvreté, selon les chiffes de la Banque Mondiale et la BID.
- ces chiffres sont en baisse comparé à 2006, ou on comptait 15.8% de pauvreté extrême et 49.8% de pauvreté en général.

- une amélioration de la qualité de vie a été observée et il est prévu que ce soit confirmé d'ici 2020 à 2030...

- vie dans l'insalubrité, favorisant la propagation des maladies et innondations.

- beaucoup de foyers sans toilettes dignes de ce nom, excréments directement rejetés dans le fleuve Ozama. Impossible de toute façon de creuser une fosse sceptique, à cause du fleuve passant à peu de profondeur de sol.

-dépot des déchets solides au bord du fleuve, parfois brulés, pensant que cela polluera moins.

- beaucoup de délinquance, il n'est recommandé de s'aventurer dans ces quartiers qu'à condition d'y aller accompagné d'un résident.

- inaccessible aux véhicules (sauf mobylettes, deux roues en général): rues trop étroites (rendant impossible une patrouille policière efficace...).

- vie au jour le jour, de petits boulots au petit bonheur la chance, pour adultes et jeunes.

- 57% de la population dominicaine a une activité instable.

- 90% des enfants vont à l'école primaire, alphabétisation: 96.9% sur le pays.

- taux de mortalité infantile (enfants de moins de 1 an): 26.9 pour mille.

- des enfants arrivés à l'âge adolescent et toujours en équivalent de classe de CP.

Toute cette pauvreté en pleine zone urbaine, non loin des jolis immeubles de luxe en bord de mer, des milliers de véhicules de luxe, une classe politique corrompue, volant l'argent public.

Malheureusement, c'est le sort de beaucoup dans des pays très touristiques.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Emilieh 2608 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine