Magazine Poésie

Robert Louis STEVENSON : Si c’était croire pourtant !

Par Unpeudetao

Mon Dieu ! Si c’était vrai pourtant !..
Que je doive sans faiblir voir les choses comme elles sont
Horribles avec leurs chairs sanglantes,
Ou repoussantes avec leurs excréments !
Que, sans espoir ni récompense,
Il me faille endurer l’existence,
Sans savoir si la branche refleurira ;
Si l’aube à la nuit survivra ;
Si, de la mort, la vie demeurera triomphante !
Mon Dieu ! Si cela, c’était croire pourtant !

Sur mon visage,
Un jour, j’ai senti passer votre souffle divin.
Plus tard, j’ai connu la douleur et la disgrâce.
Du Golgotha aux Forts de Verdun,
J’ai vu des terres et des races
Ravagées par votre malédiction ;
J’ai vu des hommes, créés de vos propres mains,
Répandre et faire régner sur leur passage
L’injustice et l’affliction ;
J’ai vu l’océan charrier des cadavres
Et le sol s’abreuver de sang.
Et cependant, dans mes artères,
Circule toujours la joie frémissante
Qu’exalte le combat ardent et inégal,
Et se réchauffe au soleil des morts et des vivants.
Quoi ! Moi, votre humble servant,
J’accepterais la souffrance et le mal ;
Moi, je serais prêt à défendre
D’un cœur valeureux un idéal,
Et pour lui, s’il le faut, périr en combattant ?
Mon Dieu ! Si cela, c’était croire pourtant !

Qu’importent alors la noirceur du caveau,
La solitude et la putréfaction dans la fosse ?
Si, alimentant la vie de mon cerveau,
Animant chaque nerf, chaque fibre et chaque os,
Mon sang dans mes veines coule et me réchauffe ;
S’il transmet son ardeur, sa gloire et son phantasme,
Et d’un corps épuisé fait un corps conquérant ;
D’un être usé, un homme que soulève un saint enthousiasme,
Qui tombe et se relève, s’abat et fonce encore,
Et persiste, et défie le sort,
Voulant malgré tout, contre toute espérance,
Retrouver sous les mots et la vaine apparence,
Ce qui est vrai, ce qui dure, et fait ma croyance
Que, tout de même, le droit prévaut toujours sur la force,
Le juste est sacré de tout temps !..
Mon Dieu ! Si cela, c’était croire pourtant !

Robert Louis STEVENSON (1850-1894), poète, romancier et essayiste écossais.

*****************************************************

 
 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Louis PIZE : Pentecôte

    (À André Mabille de Poncheville.) Ô jour de Pentecôte, Lumière dans l’azur, flammes des genêts d’or ! L’archipel noir des cimes flotte Sur l’océan du vent du... Lire la suite

    Par  Unpeudetao
    POÉSIE
  • Robert Sabatier : Sahel

    L’homme de cent kilogs Marche parmi les ruines Entre terre et soleil. Lorsqu’un enfant lui tend Sa sébille d’azur, Il regarde le ciel Et le prend à témoin De... Lire la suite

    Par  Unpeudetao
    POÉSIE
  • Louis-Honoré FRÉCHETTE : Juillet

    Depuis les feux de l’aube aux feux du crépuscule, Le soleil verse à flots ses torrides rayons ; On voit pencher la fleur et jaunir les sillons Voici les jours... Lire la suite

    Par  Unpeudetao
    POÉSIE
  • ROBERT DESNOS, poèmes

    LES GRANDS JOURS DU POÈTE Les disciples de la lumière n’ont jamais inventé que des ténèbres peu opaques. La rivière roule un petit corps de femme et cela... Lire la suite

    Par  Poesiemuziketc
    MUSIQUE, POÉSIE
  • Robert BRASILLACH : Psaume I

    L’OUVRAGE des méchants demeure périssable, Les idoles d’argent qu’ils se sont élevées S’écrouleront un jour sur leur base de sable Et la nuit tombera sur leurs... Lire la suite

    Par  Unpeudetao
    POÉSIE
  • Louis MERCIER : Assomption

    Vierge, souvenez-vous de l’instant où vos yeux Ont vu la pauvre étoile humaine disparaître ! – Vous aviez dépassé les confins de nos cieux ; Vous abordiez... Lire la suite

    Par  Unpeudetao
    POÉSIE
  • Jean-Louis Clarac, poèmes

    L à à l’instant la pluie a cessé reste une odeur familière dans l’air de terre et d’herbe que diffractent des milliards de gouttes d’eau * L’ œil scrute ou... Lire la suite

    Par  Poesiemuziketc
    MUSIQUE, POÉSIE

A propos de l’auteur


Unpeudetao 369 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine