Magazine Culture

Fukushima, filière d’avenir

Publié le 27 août 2012 par Legraoully @legraoully

Fukushima, filière d’avenir

Peut-être est-ce dû à mon isolement estival qui m’a tenu à l’abri de l’actualité, mais j’ai l’impression qu’il y a eu comme une faille dans l’espace-temps. Avant de partir en vacances, je croyais me souvenir qu’un gouvernement réputé socialiste avait été élu, et au retour j’ai juste l’impression que l’UMP a changé son personnel dans les différents ministères. On s’en va guilleret parfaire son cancer de la peau dans un bled ensoleillé et on regagne ses pénates sans Neil Armstrong et sans Jean Luc Delarue, montés au ciel sans fusée et aux paradis artificiels sans dealer, mais toujours avec la droite au pouvoir. On passe le temps du trajet en se réjouissant de la découverte du boson de Higgs, et on retrouve son foyer en se demandant quels prodiges d’imagination la recherche fondamentale va devoir déployer pour expliquer comment l’évolution a transformé le socialisme en variante à peine honnête du libéralisme bon crin, et accessoirement pourquoi la poussière ne prend pas de vacances au lieu de transformer mon appartement en écurie d’Augias.

Ainsi, alors que les socialistes promettaient autrefois des lendemains qui chantent et un avenir radieux, le PS propose à présent la rigueur tranquille et un avenir qui irradie. Le camarade Montebourg, qu’on a connu plus inspiré, estime désormais que le nucléaire est une filière d’avenir. Manuel Valls, jamais en retard d’une ânerie, s’est empressé de lui emboîter le pas, en plus en cas d’accident on pourra toujours envoyer les Roms faire le ménage maintenant qu’ils sont employables. On appréciera le timing de nos beaux ministres qui vantent les mérites de l’atome et se félicitent à l’avance de tous les emplois créés par le démantèlement de nos vieilles centrales, alors qu’au même moment le Japon connaît des manifestations quotidiennes contre le nucléaire, et qu’Iran et Israël se menacent mutuellement de vitrification (la gueule qu’ils vont faire quand ils se seront tous fait sauter et qu’ils découvriront que Dieu n’existe pas).

Les alliés écologistes du PS, qu’on a pas beaucoup entendus quand Hollande promettait de faire revenir la croissance avec son appeau à croissance magique, ou quand Shell a pleurniché pour continuer à chercher son précieux pétrole au large de la Guyane, et encore moins au sommet de Rio+20, sortent de leur douce somnolence  et crient à la provocation. Vilains socialistes qui mentent comme ils respirent le CO2 qui va bientôt constituer l’essentiel de l’atmosphère. Les membres d’EELV ont-ils la mémoire si courte qu’ils ont déjà oublié l’entourloupe hollandienne autour du Mox dans ledit accord électoral? Personne ne s’étonne que le ministère de l’Ecologie ait été confié successivement à une inspectrice des Finances puis à une spécialiste des questions de sécurité? Les écolos seraient-ils prêts à rendre leurs circonscriptions et à renoncer au pouvoir pour se lancer dans le militantisme actif? Et Cécile Duflot, qui avoue avoir une muselière, peut-elle encore arborer un passe-montagne en laine pour soutenir Pussy Riot cependant que le patriarche Hollande se drape dans la plus pure orthodoxie de la gauche « gestionnaire »? De fait, la gauche gère mollement les actifs de la France en attendant que la droite (la vraie, celle avec des tics et des talonnettes) revienne, et Cécile Duflot pourrait lancer un club de réflexion avec Fadela Amara sur les limites vite atteintes de la parité dans l’exercice du pouvoir. Ça pourrait être drôle, mais l’écologie politique, qui est une vraie bonne idée, risque comme les punkettes moscovites de casser de la caillasse en Sibérie pendant un bon moment avec une gauche comme ça.

Puisqu’on parle de la droite d’avant le 6 mai: cette dernière s’était donné beaucoup de peine pour stigmatiser les bigots qui prient dans la rue et qui font rien qu’à s’essuyer les babouches sur la loi de 1905 et sur notre sacro-sainte laïcité (ne pas confondre avec nos riantes familles catholiques qui prient en plein air pour la perpétuation de la gloire de la France et pour que les homosexuels rentrent dans le droit chemin et dans nos femmes fertiles au lieu de se marier entre eux). Pourtant, la semaine dernière, l’UMP a organisé à Nice une petite sauterie digne d’une messe de Pâques au Vatican. En effet, depuis que l’Antéchrist a pris le pouvoir au printemps dernier, la droite se trouve sans chef, et pour un homme de droite (les femmes ne comptent pas, on préfère payer des amendes, c’est moins cher qu’une nounou), vivre sans chef c’est intolérable, c’est contre-nature et c’est l’anarchie. Les catéchumènes du parti au chêne se sont donc réunis pour prier le prophète Nicolas Sarkozy de revenir et de mettre fin au règne du Parti Sataniste. Je n’y étais pas, mais j’ai ouï dire que les croyants extatiques se flagellaient avec des liasses de billets de 500 euros et que plusieurs d’entre eux ont envisagé de faire le pèlerinage de Neuilly-sur-Seine sans Ray-Ban, sans chauffeur, et sans passer par la Suisse. Sainte Carla Bruni-Sarkozy serait même apparue dans une grotte de la région  pour exhorter l’umpiste à bouter le trotskiste hors de nos frontières.

Bref, les vacances, c’est bien, mais la vacance du pouvoir, c’est encore mieux.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Legraoully 29462 partages Voir son profil
Voir son blog