Magazine Société

Ces politiques, sénateurs et députés qui se moquent de nous…

Publié le 28 août 2012 par Philippejandrok

web-pano roses.jpgC’est dans les crises que les travers de nos politiques se révèlent, c’est dans ces mêmes crises que des hommes comme Adolf Hitler, émergent en développant la haine d’une communauté et en la désignant comme coupable et responsable des maux de la société.

Aujourd’hui, le danger n’est ni le juif, ni le musulman, ni le fondamentaliste, le danger c’est la technocratie, ce sont les banques qui détruisent, en détournant le regard des véritables causes, tout l’espoir des peuples, pour créer une pensée unique et réveiller les nationalismes et les haines tout en ruinant la société majoritairement citoyenne. Le dangereux responsable, c’est celui qui créer le chaos économique et qui s’enrichi des malheurs qu’il produit.

Les espagnols ont compris cette démarche perverse des banques qui ont ruiné le monde et qui réclament que le coupable soit châtié en lieu et place des victimes, mais le coupable, les Espagnols ont le courage de le crier dans la rue, c’est la Banque, la Bourse, et tous ces irresponsables qui s’enrichissent au détriment des autres, ce sont ceux qui spéculent sur le riz et la farine pour ruiner encore plus les pauvres, ce sont ceux qui spéculent et qui créer une bulle immobilière, ce sont les mêmes qui mettent Facebook en orbite sur la planète boursière, c’est la course à l’enrichissement sans tenir compte de la réalité de terrain. Ceux qui spéculent sur le prix du riz et des céréales sont les mêmes qui possèdent les richesses alimentaires et qui en ont le monopole, les mêmes qui s’amusent à devenir des dieux puissants en jetant une poignée de riz à la face des uns pour les maintenir en vie, et une nouvelle aux autres pour leur faire ouvrir leur escarcelle et payer le double, voir le triple de la valeur réelle du produit.

Nous vivons dans une incohérence économique qui détruit le monde, nous devrions être capables de briser ce pouvoir des banques et des bourses, détruire ce mode de fonctionnement pour rétablir un équilibre économique et alimentaire, nous devrions rompre la chaine entre le producteur et le supermarché, permettre aux consommateurs de renouer avec l’agriculteur sans passer par des intermédiaires qui ne font que profiter sans jamais apporter de positif, soit de réduction sur le prix de vente.

Le monde va mal et personne ne fait rien pour soulager sa douleur, pourquoi, à qui profite cette douleur ?

Et si nous vivons dans une incohérence économique qui détruit le monde, nous vivons également dans une incohérence politique qui détruit la société ; s’il est vrai que la nouvelle majorité en France est moins arrogante et surtout moins dogmatique que la précédente, il n’en demeure pas moins des similitudes effroyables qui glace le sang.

En effet, on réalise que de Droite comme de Gauche, les hausses d’impôts, les restrictions pour les citoyens sont inévitables, seul l’emballage change.

Aujourd’hui, 3 millions de français sont officiellement au chômage, et plus encore qui ne sont pas nécessairement répertoriés, de leur côté, ceux qui travaillent sont systématiquement ponctionnés, puisqu’ils sont productifs, le vampire Etat pompe le sang de celui qui travaille pour tous.

Il y a l’employé, mais plus encore, il y a l’artisan à qui l’on ne cesse de mettre des bâtons dans les roues en lui imposant des lois, des réglementations décidées par des « imbéciles » qui ne comprennent rien à la logique du travail, car ils ne vivent que dans la théorie, la pratique, « connaît pas », et pourtant, ils sont convaincus de travailler et de travailler dur, mais ce sont des administratifs, des sénateurs, des députés, des citoyens élus et peu capables qui se contentent d’appuyer sur un bouton au Sénat pour approuver ou désapprouver un choix décidé d’avance pour eux.

Ah, elle est belle la vie de Sénateur, des frais payés, un chauffeur à l’arrivée, un gueuleton dans les meilleurs restaurants, une après-midi au Sénat passée à digérer et à appuyer sur le bouton rouge ou le bouton vert, sans avoir son mot à dire, la digestion est lourde, on n’a pas envie d’argumenter, on n’en a plus la force, et puis c’est le retour, le chauffeur, l’avion, le train et son bureau en province, et tout cela pour un salaire de 30 000 à 40 000 euros par mois, sans compter les indemnités... A côté de cette aberration, des citoyens qui travaillent, mais jusqu'à quant, vivent en famille avec moins de 1 200 euros par mois, est-ce normal dans une démocratie qui nous parle d'Egalité et de Fraternité ?

Pas étonnant qu’ils veulent tous être sénateur, la paye et bonne, les avantages on ne les compte plus, et puis on a le sentiment d’être bien au-dessus de la populace, vous savez bien, les crétins qui les élisent et qui sont derrière, comme des moutons, persuadés de l’intégrité de leurs poulains.

Un politique est pourtant un sophiste qui promet avec conviction et qui ment avec la même conviction en insufflant dans notre esprit un poison subtile qui tend à nous faire croire à son mensonge, mais le pire, c’est le sympathisant, rendu aveugle par sa naïveté et son absence véritable de réflexion qui le rend incapable de voir la supercherie. Le politique est donc un merveilleux illusionniste et le citoyen, un excellent public, malgré lui.

Pourtant, le politique ne peut vivre sans ses citoyens, comme un parasite sur son hôte, donc, ces citoyens naïfs payent des impôts, également sur des petits salaires, ils payent même s’ils ne peuvent pas car la vie est devenue trop chère et qu’il faut vivre, alors les impôts leur imposent 10% en pénalité de retard, et des modalités, et s’ils ne peuvent pas, ils sombrent dans la précarité et on passe au suivant, à celui qui peut.

Et puis, il y a les commerçants qui trainent une langue longue jusqu’à parterre, parce que le trésor public, les Urssafs, enfin, tout un attirail étatique vient chercher leur bénéfice jusque dans la poche, parce qu’il n’y a pas de raison, l’état est gourmand et il faut payer les Sénateurs et les autres, ceux qui revêtent de nombreux visages…

Le fonctionnement de l’administration française est parfaitement incohérent, voire stupide, il ne permet en aucun cas à un commerçant de s’en sortir en période de crise, pire, il s’attend à ce que le commerçant emprunte à la banque pour acquitter ses impôts, sans parler des agios, toujours plus importants, les usuriers s’en donnent à cœur joie, mais la question se pose, comment  l’état espère-t-il pérenniser l’emploi dans de telles conditions, et surtout, s’il ne permet pas au commerçant de survivre ?

Autour de moi en province, des magasins, des boutiques ferment, faute de clients, en crise eux aussi, et toujours ponctionnés de façon injuste, les villes se désertifient, l’exode rural se renforce régulièrement entrainant une population naïve vers les villes en croyant que celles-ci pourront pourvoir à leur besoin, malgré la surpopulation, mais c’est impossible, car rien n’est fait pour permettre aux français de s’en sortir dans notre pays et surtout pas à tous ces immigrés français en France qui croient trouver leur salut à Paris.

De leur côté, les élus locaux en province ne pensent qu’à leur carrière politique, qu’à leur avenir au sein de leur mouvement, placés là pour faire obstacle à l’autre parti.

La France, ce fruit divin est pourrie de l’intérieur à cause des luttes incessantes de pouvoir, c’est à qui dira le bon mot pour se faire remarquer, à qui fera le meilleur croche patte pour éliminer son confrère et son concurrent, et tenter de se rapprocher du gouvernement pour y briguer un poste d’importance et se la couler douce, mais jamais il ne faut aller dans le sens du citoyen, celui-ci doit vivre dans l’espoir, jamais dans le contentement, or, avec une telle mentalité des élites, aucune solution valable ne pourra jamais être trouvée ni appliquée pour le bien être du peuple français, car ces élites ont oublié de contenter ceux qui les ont élues.

Aujourd’hui, nous avons une majorité à Gauche, et que voyons nous ?

Une majorité qui ne tient pas compte de l’avertissement de Fukushima en croyant avec arrogance que les malheurs n’arrivent qu’aux autres, en prétendant que le nucléaire est la solution alors que l’on sait que ce n’est pas le cas.

La duplicité de l’UMP face au Gaz de Schiste, se retrouve à présent dans l’opposition de son exploitation, non pas pour sauvegarder l’écologie, mais pour aller contre la Gauche qui se montre, paradoxalement, lamentable en prétendant une possibilité d’exploitation de cette monstruosité hyper polluante pour la population française ; la encore, les Français ont l’arrogance de se prendre pour supérieur en se disant que les malheurs des uns ne s’appliqueront pas à eux, pourtant, se sont les mêmes entreprises américaines qui ont polluées le sous sol des USA en rendant malade la population et qui sont bien disposés à polluer le notre, en France, avec l’aval des autorités qui cherchent bêtement à gagner de l’argent, car ce n’est qu’une affaire d’argent et d’enrichissement.

Voilà la France qui nous dirige, des politiques peu convaincus par leur rôle citoyen, mais qui nous le tartine à longueur de journée, comme pour s’en convaincre eux-mêmes, mais le résultat est là, la France est au chômage, elle souffre et ne peut plus s’en sortir, en tous les cas, les pauvres et les classes moyennes sont dans une situation inextricable, à cause des dizaines d’années d’une politique administrative lamentable.

Les Français reprochent justement à la Grèce sa terrible situation économique, mais la situation économique de notre pays est pire que celle de l’Italie et c’est peu dire, la faute à qui ?

Au citoyen ? Certainement pas, les coupables sont bien ceux qui nous gouvernent car ils nous gouvernent mal depuis des décennies avec notre accord.

Lorsque l’on écoute des chefs d’entreprises, des employés de banque avisés, l’homme de la rue, il y de nombreuses idées, paroles sensées, logiques qui pourraient sortir notre pays de ce marasme dans lequel les technocrates et les eurocrates l’ont plongé, mais non, des intérêts qui nous dépassent ferment les portes de la logique pour laisser l’avarice et la folie prédominer dans une incohérence flamboyante, car il semble évident que pour fuir la logique, ceux qui nous gouvernent ont du vendre notre pays et ses habitants à des intérêts économiques plus puissants qu’on ne l’imagine.

Enfin, nos politiques noyautent les structures démocratiques pour se garder les meilleurs places et ne surtout pas laisser passer des candidats sans porte drapeaux qui ne pensent qu’en terme d’empathie citoyenne, on l’a bien vu lors des dernières élections, nous n’avions pas de choix, c’était celui-ci ou celui-là et tous les autres, c’était du vent dans les voiles au loin, très loin. On nous fait croire à une démocratie alors que les choix de nos représentants sont fait à l’avance et par des hommes et des femmes de l’ombre.

Je rêve d’une démocratie véritable avec des élus du peuple et pas cette bande de marionnettes lyonnaises qui se refile les bons tuyaux et les places entre eux, entre gens du même monde.

Je rêve d’une époque formidable…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Philippejandrok 11388 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine