Magazine Humeur

Genre (s), culture et féminisme relationnel.

Publié le 28 août 2012 par Ep2c @jeanclp

gf.jpg

Par quoi donc recommencer en cette période de rentrée ?

Par la parité, bien sûr !

La parité en question dans le théâtre 

Emission enregistrée au Festival d'Avignon 2012 avec Geneviève Fraisse philosophe, auteur de "la fabrique du féminisme" (Ed. Le passager clandestin) May Bouhada (association HF) et Myriam Marzouki , philosophe et metteuse en scène

Invité(s) :
Geneviève Fraisse, philosophe
May Bouhada
Myriam Marzouki, metteure en scène, directrice artistique de la Compagnie du dernier soir.

Thème(s) :Arts & Spectacles|Théâtre|parité|theatre

Dans le cadre de l’émission Changement de décor, produite par Joëlle Gayot

Lien vers le site de France Culture.

On peut aussi visionner le débat de l’édition 2010 du festival (Le manque de visibilité des créatrices)  sur Dailymotion : C’EST ICI.

On sait l’intérêt que porte la Cité des sens à la question du genre et de la culture

Je propose donc à la réflexion cette autre contribution : 

Les sciences sociales se sont développées autour d’une pensée dualiste, qui, traditionnellement, conçoit les aspects de la réalité autour d’antagonismes. Que ce soit dans une perspective considérant le tout, où l’acteur n’existe qu’en étant déterminé, voire « manipulé » par la structure, ou dans une perspective individualiste, où l’acteur existe en tant qu’agent rationnel, cette pensée dualiste s’appuie sur un socle qui sépare « individu » et « société ». S’est ainsi installée l’idée d’une éternelle confrontation de l’individu face à la société, voire d’une funeste destinée de la société contre l’individu. Cette pensée s’appuie aussi sur une approche catégorielle des interactions sociales, qui se réfère à l'existence d’entités opposées ou complémentaires mais toujours irréductibles l’une à l’autre et existant en tant que telles (hommes ou femmes, société locale ou globale, interne ou externe, statique ou dynamique etc.).

Pour des raisons historiques et politiques, les études féministes se sont développées à côté de ces grands systèmes de pensée. Mais, en dépit d’une grande diversité d’approches, toutes reproduisent l’ornière d’un dualisme hommes/femmes préexistant aux relations sociales. Si les approches biologisantes du sexe pensent ces catégories comme naturellement fondées (« les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus »), les approches du genre nous rappellent qu’elles résultent de constructions sociales qui aboutissent à la partition féminin/masculin. Mais dans tous les cas, que ce soit au départ ou à l’arrivée, les catégories hommes/femmes sont posées comme des choses qui existent et qui, sous la chape de la domination, sont vouées à entretenir des relations de subordination comme un fléau atemporel et immuable. Dans tous les cas également, l’objectif est la lutte contre ce fléau et l’idéal de l’égalité entre hommes et femmes, qui joue alors comme une reconnaissance ultime de cette partition.

Difficile, donc, de venir à bout de ce dualisme réducteur. Il est vrai que les rapports de genre représentent peut-être l’exemple le plus abouti d’un rapport social inégalitaire qui essentialise – c'est-à-dire les fait exister dans leur essence même – les catégories qu’il instaure. Les travaux dans ce champ sont donc particulièrement intéressants pour penser globalement l’analyse du social.
Ainsi, un nouveau courant, dit relationnel, se développe depuis deux décennies dans la mouvance féministe et semble aujourd’hui prometteur, tant dans le champ féministe que pour envisager différemment l’analyse du social. Ce courant s’écarte des courants classiques dans la mesure où son projet contient le dépassement de ces approches binaires et la déconstruction des catégories sur lesquelles elles s’appuient. À ce titre, l’approche relationnelle repense la relation entre individu et société en ne les analysant plus comme des entités séparées, mais interdépendantes (à la fois produits et producteurs de processus sociaux). Dans ce cadre, les institutions sont comprises en termes d’univers fabriqués qui servent de supports aux relations et les acteurs comme des individus agissant dans des cadres de reconnaissance qui les guident.

Extrait de  POUR DÉPASSER LES CATÉGORIES HOMMES / FEMMES : VERS UN FÉMINISME RELATIONNEL

par Chantal Nicole-Drancourt

Sociologue, chercheur au LISE (CNRS/CNAM)

Accéder à l’intégralité du texte sur le site du TGP dans la rubrique « Parole donnée ».

- - > C’EST ICI.

flêche

Fils d'actualités très vivement conseillés :

La lettre du réseau culture sur Territorial.fr

Le "netvibes" de l'Observatoire des politiques culturelles

Les net-actualités sur le site d'Arteca 

Le tableau de bord des Think tank (Netvibes)

Le calendrier francophone en sciences humaines et sociales, Calenda

 et si vous êtes abonné Twitter : http://twitter.com/cultureveille

 

flêche

 

scopp it 182

flêche

Pour consulter mon fil d'actualités sur Scoop It,  cliquez sur ce bouton   

images-SC-it.jpg

 

Click 9
pour consulter les autres flux Scoop It   auxquels je suis abonné.

expert public

 

Genre (s), culture et féminisme relationnel.


DIGG-FRANCE.COM

Seek-Blog   Blog Culture générale  


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ep2c 4518 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines