Magazine Info Locale

Hôpital Bernay ou en est-ont ? (1er partie)...

Par Unevillemaville2

L’hôpital dans une ville c'est comme un jardin public c’est en quelque sorte le poumon de la cité.
Tout s’y joue, s'y répare, s'y fait, s'y défait.
Nous ici à Bernay nous étions, il y a quoi, une quinzaine d’années encore bien loties.
Hôpital Bernay ou en est-ont ? (1er partie)... (Vue de face de l'hôpital de Bernay vers 1900).
En effet, nous avions à la fois l’hôpital et la clinique dite de "La Charentonne" (route de "Beaumont"). certains chirurgiens - médecins d’alors officiaient parfois dans les deux endroits.
Hé oui, mes amis, il n’y avait pas à l’époque de petites économies (rire).
Donc oui, nous faisions partie de la sous-préfecture la mieux placée en matière de santé.
Je ne vous dis pas le nombre de médecins, pharmaciens, spécialistes que notre ville comptait alors.
Et en plus de cela les maires successifs ont fait en sorte que leurs noms entrent dans le livre de notre histoire locale, car ils se sont battus pour garder notre maternité, acquérir un scanner, pour que notre ville face partie du nouveau plan de réhabilitation du lieu, en somme que de bonnes choses en perspective.
Ce lieu, cet hôpital et hospice fut fondé par madame "Anne de Ticheville" en 1697 et a connu toutes les évolutions que la médecine a pu subir.
Des premières saignées (rire) aux échographies pour détecter l’enfant souhaité ou les vilains calculs rénaux cachés ici.
Puis il y a quelques années l’hospice intégré fût transporté quelques mètres plus loin, plus haut (rire), et fût baptisé alors "Bâtiment V160 " puis enfin "Résidence Jacques Daviel".
C’est un endroit moins lugubre que ses vulgaires chambres à cinquante lits qui faisaient plus office de mouroirs que de maison de fin de vie, je sais tout et dans l'emploi des noms plus que dans la dure réalité, mais bon.
Même si le lieu à la finalité identique outre le titre, l’encadrement ma foi n’est pas tout à fait le même.
Mais pour revenir à notre bon vieil hôpital, on crée alors depuis quelque temps déjà de multiples services d’urgences avec des apprentis médecins, infirmiers, aides-soignants, etc.
Hôpital Bernay ou en est-ont ? (1er partie)... (Une des salles des urgences hôpital de Bernay 2012).
On y croise alors d’anciens journalistes de presse écrite, ou encore des personnes qui veulent tenter une reconversion, car dit-on, entent-on "Les services hospitaliers sont une sorte d’île au trésor" (rire) très peu de licenciements et de bons avantages en prime alors beaucoup de candidats, mais hélas très peu d’élues…
Ce lieu et toujours pourvu d’une communication au sein des services internes digne d’une passoire.
Certains employés enlèvent les malades de l'endroit où ils sont.
Ainsi, certains soignants disent tous haut en revenant dans la salle d'occultation "Mais où est passé mon patient ?".
Quand on voit certains brancardiers cogner littéralement leurs patients contre les portes, les murs et/ou qu'ils passent les mini dos d'âne si rapidement que celui-ci et fortement bousculé même allongé.
Puis sachant que pour accéder à l’entrée des archives et comme partout voir même comme dans certains mauvais films dits de "Série B" (rire) au fin fond de sombres couloirs exigus où il n’y a qu’un ascenseur comme unique accès, cela outre la beauté extérieur laisse à désirer. Suite jeudi...


Retour à La Une de Logo Paperblog

LES COMMENTAIRES (1)

Par suzie
posté le 07 mars à 18:00
Signaler un abus

Que de fautes d'orthographe !!! Il faut retourner à l'école avant d'écrire un nouvel article !!!

A propos de l’auteur


Unevillemaville2 701 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte