Magazine Poésie

Charles Baudelaire : Le joujou du pauvre

Par Unpeudetao

Je veux donner l’idée d’un divertissement innocent. Il y a si peu d’amusements qui ne soient pas coupables !
Quand vous sortirez le matin avec l’intention décidée de flâner sur les grandes routes, remplissez vos poches de petites inventions à un sol, telles que le polichinelle plat mû par un seul fil, les forgerons qui battent l’enclume, le cavalier et son cheval dont la queue est un sifflet, et le long des cabarets, au pied des arbres, faites-en hommage aux enfants inconnus et pauvres que vous rencontrerez. Vous verrez leurs yeux s’agrandir démesurément. D’abord ils n’oseront pas prendre; ils douteront de leur bonheur. Puis leurs mains agripperont vivement le cadeau, et ils s’enfuiront comme font les chats qui vont manger loin de vous le morceau que vous leur avez donné, ayant appris à se défier de l’homme.
Sur une route, derrière la grille d’un vaste jardin, au bout duquel apparaissait la blancheur d’un joli château frappé par le soleil, se tenait un enfant beau et frais, habillé de ces vêtements de campagne si pleins de coquetterie.
Le luxe, l’insouciance et le spectacle habituel de la richesse, rendent ces enfants-là si jolis qu’on les croirait faits d’une autre pâte que les enfants de la médiocrité ou de la pauvreté.
À côté de lui, gisait sur l’herbe un joujou splendide, aussi frais que son maître, verni, doré, vêtu d’une robe pourpre, et couvert de plumets et de verroteries. Mais l’enfant ne s’occupait pas de son joujou préféré, et voici ce qu’il regardait :
De l’autre côté de la grille, sur la route, entre les chardons et les orties, il y avait un autre enfant, sale, chétif, fuligineux, un de ces marmots-parias dont un oeil impartial découvrirait la beauté, si, comme l’oeil du connaisseur devine une peinture idéale sous un vernis de carrossier, il le nettoyait de la répugnante patine de la misère.
À travers ces barreaux symboliques séparant deux mondes, la grande route et le château, l’enfant pauvre montrait à l’enfant riche son propre joujou, que celui-ci examinait avidement comme un objet rare et inconnu. Or, ce joujou, que le petit souillon agaçait, agitait et secouait dans une boîte grillée, c’était un rat vivant ! Les parents, par économie sans doute, avaient tiré le joujou de la vie elle-même.
Et les deux enfants se riaient l’un à l’autre fraternellement, avec des dents d’une égale blancheur.

Charles Baudelaire (1821-1867).

*****************************************************
 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Charles BAUDELAIRE : La voix

    Mon berceau s’adossait à la bibliothèque, Babel sombre, où roman, science, fabliau, Tout, la cendre latine et la poussière grecque, Se mêlaient. J’étais haut... Lire la suite

    Par  Unpeudetao
    POÉSIE
  • [anthologie permanente] Charles Reznikoff

    Les éditions P.O.L. ont publié récemment Témoignage de Charles Reznikoff, sous-titre, Les États-Unis (1885-1915), récitatif traduit de l’anglais par Marc... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • “L’ HORLOGE” Régis FLECHEAU/Baudelaire

    Musique Régis FLECHEAU, Texte Baudelaire Horloge! dieu sinistre, effrayant, impassible, Dont le doigt nous menace et nous dit: “Souviens-toi! Lire la suite

    Par  Poesiemuziketc
    MUSIQUE, POÉSIE
  • Charles MAURRAS : La prière de la fin

    Seigneur, endormez-moi dans votre paix certaine Entre les bras de l’Espérance et de l’Amour. Ce vieux cœur de soldat n’a point connu la haine Et pour vos seuls... Lire la suite

    Par  Unpeudetao
    POÉSIE
  • Charles PÉGUY : Prière de confidence

    Nous ne demandons pas que cette belle nappe Soit jamais repliée aux rayons de l’armoire, Nous ne demandons pas qu’un pli de la mémoire Soit jamais effacé de... Lire la suite

    Par  Unpeudetao
    POÉSIE
  • Jean-Charles HARVEY : Si tu pouvais

    Si tu pouvais renaître en nos terres nordiques, Ô doux Nazaréen qu’on adore aujourd’hui, Tu coucherais encore sur des branches de buis, Et tu verrais chez nous... Lire la suite

    Par  Unpeudetao
    POÉSIE
  • Charles Olson, poèmes

    Charles Olson, poèmes

    Tanto e Amara J’ai entendu la terrible chanson que je n’avais pas entendue au milieu de ma vie, non, je ne l’avais pas entendue. Lire la suite

    Par  Poesiemuziketc
    MUSIQUE, POÉSIE

A propos de l’auteur


Unpeudetao 369 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine