Magazine Environnement

Le poulet : les facettes cachées du low cost Bio

Publié le 03 septembre 2012 par Mathieubio @Bioalaune_com

Le poulet : les facettes cachées du low cost BioLe Bio possède plusieurs vitesses. L’exemple vous est donné avec le poulet biologique low-cost proposé par DUC, volailler français, qui respect les formalités de la réglementation du Bio à la lettre pour affiché un produit à bas prix.

Pourquoi Bio ? Car il respecte la réglementation en vigueur, à savoir être nourri par des aliments certifiés biologiques pendant une durée minimale de 10 semaines, soit 70 jours. Pourquoi low-cost ? Car le producteur travaille à grande échelle, de manière à réduire les coûts et joue avec les limites de la réglementation.

En essayant d’être objectif (car il faut l’être), ces poulets Bio sont mieux traités que les poulets industriels. Ils sont élevés 16 jours de plus que leurs camarades et vivent à 18 par mètre carré (contre 22). Quelle qualité de vie ! Notre volailler français, leader de fils de ces poulets Bio low cost, compte ouvrir d’ici la fin de l’année, 12 exploitations comprenant chacune 4 800 animaux. Il espère également ouvrir une 50e d’autre d’ici l’horizon 2015.

Ici, on peut parler de produits Bio, mais il est plus difficile de parler d’éthique Bio, qui implique un travail en circuit court, un intérêt pour la vie de l’animal et une valorisation des producteurs.

De plus, certains « détails » font barrage auprès des pros du Bio. Par exemple, les volailles seront abattues à 71 jours, contre 81 comme le veut l’usage biologique. La Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique ne cesse de rappeler : «la qualité gustative est directement liée à l’âge du poulet : plus il est abattu tard plus la chair est ferme et goûteuse ». Pour DUC, le poulet Bio coûte donc moins cher, étant donné qu’il est nourri 10 jours de moins.

À cela, le volailler qui estime ne pas faire un « poulet au rabais » offre une réponse claire. Selon eux, 10 jours d’élevage n’altèrent pas le goût de la viande. La réglementation européenne, quant à elle, n’impose aucune durée d’élevage minimum. Un poulet est dit Bio s’il est nourri 10 semaines au Bio.

Dans l’histoire, il ne faut pas oublier que c’est le logo AB qui certifie ces poulets Bio (en schématisant), et qui fixe les règles de certification, les niveaux à atteindre. Faudrait-il revoir ces règles pour que les volailles puissent voir la lumière du jour ou possèdent de meilleures conditions de vie ?

Le poulet : les facettes cachées du low cost Bio

Source : altermonde-sans-frontiere.com 
Crédit photo : Simon Howden


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mathieubio 482 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte