Magazine Santé

DISCRIMINATION: De la mère à l’enfant, des effets sanitaires pour la vie – Annals of Behavioral Medicine

Publié le 03 septembre 2012 par Santelog @santelog

DISCRIMINATION: De la mère à l’enfant, des effets sanitaires pour la vie – Annals of Behavioral MedicineLa dépression liée à la discrimination contribue à la mise au monde de bébés de faible poids de naissance, un facteur bien connu de risque accru de problèmes de santé tout au long de la vie. Constat de ces chercheurs de l'Université  de Yale qui concluent à l'urgence de réduire les contributeurs de ce facteur de risque « faible poids de naissance ». Ces conclusions, publiées dans l'édition d'août des Annals of Behavioral Medicine, suggèrent que les maladies chroniques sont aussi le résultat de la discrimination contre certaines femmes enceintes et de couleur.


Valérie Earnshaw et ses collègues de l'Université Yale met en exergue, avec cette étude, un nouveau facteur, du risque de faible poids de naissance, la discrimination. Un risque dûment confirmé comme plus élevé, ici aux Etats-Unis, chez les femmes noires vs les femmes blanches ou latinos. Ces premières preuves qui suggèrent l'existence d'un lien entre la discrimination vécue pendant la grossesse et l'incidence du faible poids de naissance viennent s'ajouter à la relation déjà démontrée entre la discrimination et la dépression qui entraîne des changements physiologiques avec effets néfastes sur la grossesse. Ici, les auteurs de Yale ont interrogé 420 femmes noires et latinos âgées de 14 à 21 ans, de 14 centres de santé communautaires et d'hôpitaux de New York, au cours des deuxième et troisième trimestres de leur grossesse, et lorsque leurs bébés avaient 6 mois et 1 an. Les chercheurs ont également évalué leurs symptômes de dépression et de détresse psychologique.


Discrimination, dépression et faible poids de naissance : Si les niveaux de discrimination subie au quotidien s'avèrent généralement faibles, l'impact de la discrimination est identique pour toutes les participantes indépendamment de leur âge, origine ethnique ou type de discrimination rapportés. Les femmes exposées le plus sévèrement à la discrimination sont plus susceptibles de présenter des symptômes dépressifs, et de mettre au monde des bébés de faible poids de naissance.


Des implications importantes pour les professionnels de santé qui travaillent avec les adolescentes enceintes et les jeunes femmes au cours de la période prénatale, alors qu'ils ont encore la possibilité d'essayer de réduire l'impact de la discrimination sur la grossesse. Il est essentiel de réduire la discrimination à l'encontre de ces jeunes femmes, concluent les auteurs, pour que tous les enfants puissent commencer leur vie avec le maximum de capital santé.


Source: Annals of Behavioral Medicine, DOI 10.1007/s12160-012-9404-3 The effects of discrimination could last a lifetime(Visuel © Kati Molin - Fotolia.com)


DISCRIMINATION: De la mère à l’enfant, des effets sanitaires pour la vie – Annals of Behavioral Medicine
Lire aussi: La DISCRIMINATION raciale, responsable de troubles physiques et émotionnels


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 70292 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine