Magazine Journal intime

Fuji, vidi, vici

Par Barthelemy85 @Barth_et_lemy

Alors, c’est l’histoire de 3 japonais, 3 chinois et 2 français qui décident de partir à l’assaut du mont Fuji ( le plus haut sommet du Japon, 3777m)… On dirait le début d’une blague mais ce n’est pas le cas !

Tout commence à la station numéro 5, pour faire rapide ça ressemble à une station de ski suisse, avec son lot de souvenirs kitschs, sauf qu’il n’y a pas l’ombre d’un suisse.

Fuji, vidi, vici

Le mont Fuji, depuis la station 5

Ici se mélangent ceux qui n’ont pas encore grimpé et les autres, la mine décomposée.  Deux solutions pour gravir la montagne sacrée, partir le matin et voir le coucher de soleil ou le soir pour le lever. Nous avons choisi la 2ème solution. Après avoir avalé udon et autre soba, nous nous mîmes en route promptement.

Il faut entre 5 et 10 heures pour monter, je sais c’est une grosse fourchette mais il peut y avoir des embouteillages en altitude… Lampe frontale sur la tête l’aventure commence, au loin les lumières des villes, au-dessus les étoiles. Un peu d’air ça change de Tokyo !

Fuji, vidi, vici

Ascension de nuit du mont Fuji

Il y a de nombreux refuges le long du chemin, il est possible d’y “dormir” contre quelques milliers de yens.  Prévoir de l’eau et de la nourriture car les prix montent avec l’altitude ( environ 4euros pour une boisson chaude…), une chose baisse c’est la température, moins de 8 degrés pendant la nuit.

Fuji, vidi, vici

Vendeur d’altitude

Fuji, vidi, vici

Refuge d’altitude

Difficile de vous faire partager cette montée, les personnes qui dorment le long du chemin, les autres qui se shootent à l’oxygène, le silence qui règne malgré le monde. Pour vous donner une idée de la foule, je vous laisse vous remémorer les magasins la veille de noël, vous y êtes ? Ben c’est pire, il faut ajouter la fatigue, le froid, les personnes qui passent sur les côtés pour gagner quelques mètres, en clair c’est un bon moyen de tester votre zen attitude…

Bref, pendant ce temps notre petite bande avance doucement mais surement. L’heure tourne, cela fait 8h que nous sommes partis, d’ici quelques minutes le soleil va se montrer, par chance la vue est dégagée. Je dis par chance car comme souvent selon des sages, l’ami de l’ami, d’un ami connait une personne qui avait un ami qui a vu de la neige en août.

Fuji, vidi, vici

Lever de soleil depuis le mont Fuji

Sous nos yeux se mélangent  les lampes des marcheurs, la lumière du soleil et les étoiles : le spectacle est plus sympa qu’une émission de Lagaf, allez une petite zoubida pour la route…

Je sens enfin les premiers rayons frapper mon visage, ça réchauffe. A la lumière du jour les pentes du volcan n’ont rien d’accueillantes : rocheuses, poussiéreuses…Les jambes lourdes et le sentiment du devoir accompli : l’heure est à la descente. (vidéo ici)

Fuji, vidi, vici

Descente du mont Fuji

C’est un peu comme un slalom géant, sans neige, sans skis et avec des gens qui tombent de fatigue !

Après 14h de marche, nous voilà de retour à la case départ, fatigués mais avec le sentiment du devoir accompli. Maintenant direction le Onsen…

A suivre…

Cliquer pour visualiser le diaporama.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Barthelemy85 168 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte