Magazine Médias

Non, non, non ! (mon résumé de l'épisode 10 de l'amour est dans le pré)

Publié le 04 septembre 2012 par Poclatelephage

Il fallait décidément de la volonté hier pour tenir jusqu’à 22h56 et visionner dans son intégralité « L’amour est dans le pré ». A 22 heures, j’ai repris espoir en me disant que ma télé délirait que jamais l’émission ne pourrait tenir aussi longtemps avec le peu de choses qu’il restait à dire, et bien je me trompais lourdement. Les agriculteurs/trices se sont attardés à la porte des TGV. Pour avoir déjà pris le Toulouse / Paris qui s’arrête à Angoulême, je ne l’ai jamais vu tarder autant à fermer ses portes. Les passagers ont dû paniquer à l’intérieur à l’idée de rester bloqués sur place à cause de Michel-Edouard et Brigitte (ou Josiane). J’ai dix fois manqué de jeter l’éponge mais je voulais être sûre de ne rien louper de capital. M6 m’a bien eue, comme toujours.
Dans l’ordre, le suspense au sujet de Michel-Edouard était vain la semaine dernière. Ses deux prétendantes sont finalement parties et Karine a beau tenter de faire planer un mystère, je ne me fais guère d’illusions sur les chances de rapprochement de ces deux-là.
A noter que ce cas aurait pu être bouclé dans le précédent épisode…

Difficile de nous faire croire que Bertrand et Justine sont fous l’un de l’autre, quand on connaît la vraie histoire. Pourtant, le jeune homme se fait plein d’illusions et pleure le départ de sa belle. Eux-aussi retiennent un TGV à quai. Mais bon, il faut bien gonfler les statistiques de réussite et faire durer, c’est le mot du jour, le programme. Non, non, non ! (mon résumé de l'épisode 10 de l'amour est dans le pré)
Heureusement pour M6, Pierre, Jeanne, et Dany sont là pour prouver que « l’amour est dans le pré » forme bien des couples. Enfin, dans les trois cas, les filles refusent encore de coucher. Pourtant, le gersois adorerait lancer la conception de son héritier le plus vite possible. Il a jeté la superbe Inge à cause de son âge, alors Fred pourrait faire un effort. Dany, qui est agriculteur comme moi, met lui-aussi la charrue avant les bœufs en invitant sa pauvre prétendante à venir vivre dans la minute chez lui avec ses deux gosses. Elle préfère avancer sur des œufs de son côté. Quant à Jeanne, elle m’a fait plaisir en choisissant Lucien, qui m’a un peu déçu en n’ayant pas le triomphe franchement modeste.Voilà la semaine prochaine, nous vivrons le dernier quart d’heure à la ferme des prétendantes des jumeaux, d’Annie, de Bruno, et de Philippe, qui mettront deux heures à faire un choix. *Mode Fabienne Lepic* « Non, non, non ! », là ce n’est vraiment plus possible. Personnellement,  je craque, je sens que ça va finir comme « Pékin Express » cette histoire. Sans moi…

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Poclatelephage 1254 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines