Magazine Côté Femmes

Sardigna, mi ♥

Publié le 04 septembre 2012 par Elosya @elosyaviavia

Sardigna, mi ♥Toutes les belles photos de cet article ©Révèle Image

Une semaine.

Une semaine que je suis rentrée de Sardaigne. Enfin, en théorie.

Oui parce qu’en pratique, il m’arrive de me perdre dans des songes éveillés où je suis au bord de la mer, allongée sur ma serviette, en train de contempler les vagues tout en lisant par intermittence mon magazine Public.

Moi et moi-même savons bien que c’est fini les vacances, que je suis revenue dans cette folie parisienne, toujours est-il qu’une partie de moi continue à se prélasser au soleil (on a eu 30° et du soleil tout le séjour) attendant d’avoir bien chaud pour ensuite se jeter une fois de plus dans les vagues.

Bon, bon, alors comment vous raconter ces vacances qui étaient trop de la bombe bébé ?

C’était donc ma première fois en Sardaigne (sûrement pas la dernière). Et je peux vous dire que j’ai tout apprécié là bas.

Déjà la cuisine, ma ma mia. Mes amis, j’ai mangé de la succulente pizza, de la délicieuse pasta, de la bonne glace artisanale (notamment une glace Kinder bueno de toute beauté gustative) en veux-tu en voilà ainsi que d’autres spécialités italiennes et surtout du bon, du très bon fromage. J’ai un souvenir impérissable de la Mozzarella di Buffala qui fondait en bouche. J’ai bien assimilé les mots italiens essentiels pour moi : “Buon giorno”, “grazie mille” , “ciao” et surtout, surtout “parmigiano reggiano”.

Les montagnes, les collines ensoleillées. La physionomie d’Orosei, notre petite ville à nous, là où nous avions loué un appart pour le séjour et où les couleurs vives orangées, citronnées, rouges et grises claires donnaient une allure de fête aux maisons. Sans parler du fait que nous étions près de la mer.

Les gens très accueillants. De la serveuse de ce petit resto en bord de mer qui appréciait de nous faire répéter des mots italiens au propriétaire de notre appart qui s’est montré trèèèèèèèèèèès compréhensif malgré le bruit de dingue que nous faisions en journée et le soir (il y a  le papi du dessus qui n’a pas semblé apprécier nos rigolades, je ne lui jetterais pas la pierre, je crois que nous avons été insupportablement bruyants). Ainsi que la serveuse de notre tablée lors du mariage qui était au petit soin pour nous.

Il y a donc eu le mariage de nos amis. Deuxième mariage en l’espace de quelques mois et j’ai toujours la sensation d’assister à un moment de grâce. Des mariés beaux comme des divinités grecques (moui, je ne sais pas ce que les grecques viennent faire dans mon récit, mais j’avais pas d’autres idées de comparaison alors bon). Un marié avec une prestance plus imposante tu meurs et un sourire à faire tomber toutes les demoiselles de l’assistance. Une mariée que je connais bien depuis la fac, mais que je n’avais jamais vu aussi émue. Sa robe de mariée qui lui allait comme un gant de velours et qui lui donnait une allure de reine à qui personne ne pourrait résister. Après cette belle cérémonie, entrecoupée de chants zaïrois et de textes religieux, nous avons gagné un bel hôtel où nous avons mangé, mangé et mangé durant une bonne partie de l’après midi. Puis certains ont fait une petite sieste digestive, d’autres en ont profité pour discutailler, certains convives sont partis se rafraîchir puis dans la soirée reprise de la fête avec notamment de la musique africaine sur laquelle j’ai pu mouver mon popotin avec frénésie et volupté.

Une très belle journée en somme.

Ouais et ce que j’ai kiffé aussi au cours de ce séjour c’est d’avoir été en très bonne compagnie. Il y a ce petit groupe de gars et filles de Saint-quentin que je côtoie depuis plusieurs années maintenant.  Des soirées d’anniversaires aux barbecs, il y a toujours cette petite familiarité et ces petits liens amicaux qui se sont développés avec le temps qui font que je suis toujours ravie de les revoir pour papoter de ce que nous devenons, même si c’est épisodique. Il y avait mes amies aussi que je vois très régulièrement, mais c”était marrant et rafraîchissant de se retrouver dans ce contexte de vacances dans un cadre qui nous changeait de nos habitudes.

Et puis il y a eu ce petit groupe d’amis avec lesquels moi et mon chéri avons partagé cet appart à Orosei. Moi qui suis parfois une anxieuse de disons TOUT ce qui se passe dans mon quotidien, je n’avais bizarrement pas d’appréhensions par rapport à cette coloc de vacances avec les 4 autres loulous qui s’étaient déjà rencontrés vite fait à 2/3 reprises. Et j’avais bien raison de ne pas flipper car tout s’est déroulé sur des roulettes. Passées les premières minutes à l’aéroport où l’on parle de choses lambdas, le reste du séjour s’est déroulé sur la base de rigolades, de private joke à base de “bébé”, de “Noooooooooooooooooooon!!!!!”, de “Bella Regazza” ou de “Bella Tchi Tchi”. Ha oui et il y a eu les parties déchaînées de Time’s Up, rah la la Time’s up et ces GRANDS moments de solitude quand tu dois faire deviner un nom à ton équipe, que tu es chaude comme la Sardaigne pour gagner la manche, que tu tires une carte et que tu te retrouves à devoir faire deviner un nom dont tu n’as pas la moindre idée de qui ça peut-être. Il y a les parties de Jungle Speed où tu te bats corps et âmes pour récupérer un fucking totem qu’il ne faut en aucun cas lâcher. C’est d’ailleurs au cours de ce jeu que j’ai pu noter mon côté guerrière vénère qui ne voulait rien lâcher (mon côté mauvaise perdante aussi, mais bon passons vite fait sur celui-ci voulez-vous). A la mer, j’ai poussé une copine dans l’eau plusieurs fois sans pitié, riant à gorge déployée de la voir ressortir avec des mèches de cheveux sur les yeux. A ma décharge, c’est elle qui a commencé. A ma non décharge, je me soupçonne d’avoir une part de moi même un chti peu trop sadique espiègle qui adore ce genre de “blagues”. Mon pote D a réussi à me couler, même s’il a eu un peu plus de mal que prévu et que les 2 grandes traces de griffures sur son torse attestent de mon opiniâtreté à ne pas me laisser couler si facilement (guerrière vénère je te dis). On a beaucoup parlé aussi, de nous, de nos vies, de nos manières d’être ou de réagir. On a cuisiné comme des chefs, on s’est vachement bien organisé et on a ri (oui encore et encore). Beaucoup de bruit dans cet appart, le signe d’un séjour entre amis très joyeux et revigorant. En d’autres termes, c’était chanmé !

Mon seul bémol, les fucking moustiques. Je me suis faite piquée partout même sur le petit doigt. J’ai jamais été aussi heureuse d’avoir ramené mon tube d’Apaisyl gel, c’était un peu ma crème hydratante des vacances quoi.

Voilà, c’est fini pour le récit. Mais bon, vu que j’aime pas finir comme ça, je vous poste un diaporama pour vous mettre l’eau à la bouche.

By the way, pour ceux qui voudraient louer un appart en vacances, nous sommes passés par le site airnb et pour celles et ceux qui veulent faire un chti tour en Sardaigne en passant par Orosei, l’annonce de l’appart que nous avons loué c’est ici. Le proprio était super sympa, il parle anglais, l’appart était nickel et c’était peu cher comparé à d’autres types d’hébergements. Une location au top !

éé

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Elosya 1882 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines